Diplomatie

Libye : une chaîne de l’ancien régime émet sur Nilesat, les thowars menacent l’Égypte

| Par AFP
L’ancien leader libyen Mouammar Kadhafi sur la chaîne de télévision Al-Jamahiriya en octobre 2004

L'ancien leader libyen Mouammar Kadhafi sur la chaîne de télévision Al-Jamahiriya en octobre 2004 © AFP

La principale chaîne de propagande de l’ancien régime de Mouammar Kadhafi, Al-Jamahiriya, a repris vendredi ses émissions sur le satellite égyptien Nilesat, provoquant l’ire des thowars (ex-combattants rebelles) qui ont menacé les autorités égyptiennes de représailles.

La chaîne, qui avait cessé d’émettre dans la foulée de la « libération de Tripoli » fin août, est réapparue vendredi soir sur le Nilesat, sous une nouvelle fréquence, diffusant des discours et des chansons à la gloire de l’ex-« Guide », tué en octobre à Syrte à l’issue d’une insurrection qui s’était transformée en combat armé de plusieurs mois.

La nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux et certaines pages de la révolution libyenne ont appelé à des manifestations devant l’ambassade égyptienne.

Menace de fermeture des frontières

Le Conseil des thowars de Tripoli a fait « porter la responsabilité (de cette réapparition) au Conseil militaire » égyptien, au pouvoir depuis la chute du régime de Hosni Moubarak, menaçant de prendre toutes les mesures nécessaires, dont la fermeture des frontières et de l’ambassade et du consulat égyptiens.

Dans un communiqué, le Conseil, qui regroupe plusieurs brigades des ex-rebelles ayant combattu le régime de Mouammar Kadhafi, affirme être prêt à « réagir à tout acte susceptible de porter atteinte à la révolution » libyenne.
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte