Droits de l’homme

Tunisie : Ben Ali conteste la saisie de ses biens et envisage de porter plainte

| Par AFP
Zine El Abidine Ben Ali, alors président tunisien, le 9 mai 2010 à Tunis.

Zine El Abidine Ben Ali, alors président tunisien, le 9 mai 2010 à Tunis. © AFP

L’ex président tunisien Zine El Abidine Ben Ali conteste la saisie de ses biens en Tunisie et compte porter plainte devant le comité des droits de l’Homme de Genève, a annoncé vendredi son avocat libanais dans un communiqué publié la veille de l’anniversaire de la fuite de Ben Ali.

Dans ce communiqué, l’avocat, Me Akram Azoury, condamne "les agissements illégaux des autorités tunisiennes qui ont confisqué tous les biens mobiliers et immobiliers du président Ben Ali y compris son domicile personnel" en vertu d’un décret loi signé le 14 mars 2011 par l’ex-président par intérim Fouad Mebazaa.

"Il n’est possible de confisquer les biens d’une personne qu’à l’issue d’un jugement respectant les normes du procès équitable et des droits de la défense", ajoute le communiqué, dénonçant "une mseure abusive contraire à la constitution et aux lois tunisiennes".

"Le président Ben Ali compte présenter une plainte contre les autorités tunisiennes devant le comité des droits de l’Homme de Genève", conclut-il.

Un an après…

Ce communiqué est publié alors que la Tunisie s’apprête à fêter samedi le premier anniversaire de sa révolution et du départ de Ben Ali, chassé du pouvoir le 14 janvier 2011 et réfugié depuis en Arabie Saoudite.

Les biens du président déchu ont été confisqués après la révolution. Les sociétés et entreprises appartenant à son clan, qui avait mis la main sur tous les fleurons de l’économie tunisienne, ont été confiés à des administrateurs judiciaires.
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer