Droits de l’homme

Droits des homosexuels : Mugabe dit à Cameron d’ »aller en enfer »

Le président zimbabwéen Robert Mugabe, le 8 décembre 2011 à Bulawayo. © AFP

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a rejeté samedi les appels au respect des droits des homosexuels du Premier ministre britannique David Cameron, lui disant d'"aller en enfer".

"La nature est la nature. Elle a créé le mâle et la femelle. Vous, David Cameron, suggérez-vous que vous ne savez pas ça, ou est-ce qu’il y a une sorte de démence, ou cela fait-il partie de la culture des Européens?", s’est interrogé M. Mugabe devant des milliers de partisans rassemblés pour fêter son 88ème anniversaire dans un stade de Mutare (est).

"Selon leurs journaux, c’est l’un de mes péchés. Que j’ai dit qu’ils (les gays) étaient pire que les porcs et les chiens parce que les porcs savent qu’il y a des mâles et des femelles. C’est même dans la Bible: vous créez grâce au système du mariage", a argumenté le président zimbabwéen, un catholique pratiquant.

"Voilà comment nous sommes nés, c’est pourquoi nous rejetons catégoriquement cela et vous disons d’aller en enfer", a-t-il lancé au Premier ministre de l’ancien colonisateur de son pays.

"Je vais même pas l’appeler un chien parce que mon propre chien va se plaindre", a-t-il ajouté.

David Cameron a déclaré lors d’un sommet du Commonwealth l’an dernier que ses partenaires devraient respecter les droits de l’Homme, y compris les droits des homosexuels, pour pouvoir bénéficier de l’aide britannique.

"Nous n’accepterons pas cela"

La question a refait surface alors que le Zimbabwe doit se doter d’une nouvelle Constitution, des opposants au président ayant suggéré de suivre l’exemple du voisin sud-africain en garantissant les droits des homosexuels dans la Loi fondamentale.

"Nous n’accepterons pas cela", a assuré M. Mugabe.

"S’il vous plaît, jeunes hommes et jeunes femmes, vous n’avez pas la liberté pour les hommes d’épouser des hommes et pour les femmes d’épouser des femmes. Vous avez la liberté pour les hommes d’épouser des femmes. C’est la liberté de Dieu. C’est ce qui nous a créés, vous et moi", a lancé le vieux président, dont la croisade contre l’homosexualité est devenue une marque de fabrique.

Sa dernière diatribe survenait samedi alors que le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a à nouveau appelé les pays africains à respecter les droits des homosexuels, lors d’une visite en Zambie, pays voisin du Zimbabwe.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte