Société

Congo-Brazzaville : environ 200 morts dans une série d’explosions dans la capitale

Par
Mis à jour le 4 mars 2012 à 11:05

« Environ 200 personnes » ont trouvé la mort dimanche dans des explosions à Brazzaville, ont indiqué les services de la présidence. Les explosions seraient dûes à un incendie dans le dépôt de munitions Mpila, situé dans un quartier est de Brazzaville, au bord du fleuve Congo.

Mis à jour à 15H50 (14H50 GMT)

"Selon des sources à l’hôpital central, on parle d’environ 200 morts et de nombreux blessés", a déclaré Betu Bangana, chef du protocole de la présidence.. On compte environ 1.500 blessés dans un état plus ou moins grave, a indiqué une source diplomatique européenne jointe par téléphone depuis Paris. Toujours selon cette source, il y aurait également de nombreux blessés admis dans des hôpitaux civils de la capitale.

"C’est un dépôt d’armes qui a pris feu a Mpila. C’est à côté de la présidence. J’ai vu deux blessés. Un avait une plaie à la jambe et un autre à l’épaule, sans doute blessés par des maisons qui sont tombées. Chez moi, un mur est tombé. Là, on entend des bruits mais moins", a déclaré une habitante de Brazzaville à l’AFP.

A Kinshasa, plusieurs bâtiments près du fleuve ont eu leurs vitres soufflées, et une église dans le centre ville a eu des vitres brisées et une partie de l’édifice se serait effondrée, selon une source religieuse kinoise. Un panache de fumée sur la capitale congolaise était visible depuis Kinshasa, sur la rive d’en face du fleuve Congo.

Court moment de panique à Kinshasa

Une première forte explosion a été entendue vers 08H00 (07H00 GMT), puis une seconde une vingtaine de minutes plus tard, et deux autres ont suivi jusqu’à environ 08h45. Enfin, une dernière forte détonation a été entendue vers 10H45 (9H45 GMT).

Les explosions ont créé un court mouvement de panique à Kinshasa dans le quartier de la résidence présidentielle, situé au bord du fleuve Congo et qui fait face à la capitale congolaise. "Ici chez nous c’est calme, il n’y a pas de problèmes à Kinshasa. Pas de panique, nous demandons aux habitants de vaquer à leurs occupations", a déclaré le directeur de la télévision nationale en RDC lors d’un message télévisé.