Politique

Sénégal : création d’une coalition de soutien de l’opposition à Macky Sall

Macky Sall le 29 février 2012 à Dakar.

Macky Sall le 29 février 2012 à Dakar. © AFP

L’opposition sénégalaise a décidé de resserer les rangs en créant samedi le « Rassemblement des forces du changement », un cadre réunissant tous les candidats battus au premier tour de la présidentielle, pour soutenir Macky Sall au second tour le 25 mars face au président Abdoulaye Wade.

"Nous avons décidé de créer aujourd’hui le Rassemblement des forces du changement que nous allons appeler Benno bokk yaakkar (unis pour le même espoir en langue wolof) qui est désormais le cadre privilégié de toutes nos actions", a déclaré Macky Sall au cours d’une conférence de presse.

"C’est la synergie de toutes nos forces, de nos énergies et de nos moyens. Ensemble nous irons à la conquête des suffrages, ensemble nous gagnerons et ensemble nous allons gérer le Sénégal", a affirmé M. Sall, en présence des douze candidats battus au premier tour de la présidentielle le 26 février ou de leurs représentants.

Neuf des douze candidats battus au premier tour et le chanteur Youssou Ndour, dont la candidature au scrutin a été rejetée, étaient présents à cette rencontre au cours de laquelle M. Sall a affirmé que ces derniers vont tous battre campagne avec lui, en vue du second tour, face au président Wade.

"Grand rassemblement populaire"

"Nous nous trouvons face à lui (Wade), décidés à le chasser du pouvoir. Nous devons rester unis et mobilisés pour le 25 mars", a déclaré l’ex-Premier ministre Moustapha Niasse, arrivé en troisième position au premier tour.

Abdoulaye Wade est arrivé en tête de ce premier tour avec 34,81% des voix, suivi de son ex-Premier ministre devenu opposant, Macky Sall avec 26,58% des voix.

La création du RFC est annoncée la veille d’un "grand rassemblement populaire" prévu sur la Place de l’Obélisque, près du centre-ville de Dakar, pour soutenir Macky Sall, en présence de tous les candidats battus le 26 février.

Ce rassemblement est également organisé "en hommage au peuple sénégalais et aux martyrs" après des violences préélectorales qui ont fait de six à quinze morts selon les sources dans la contestation de la candidature, "illégale" selon l’opposition, de la candidature de M. Wade, 85 ans, qui a selon elle épuisé ses deux mandats légaux.

Les partisans de M. Wade estiment pour leur part que des réformes de la Constitution en 2001 et 2008 lui donnaient le droit de se représenter.
 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte