Politique

Sénégal : trois soldats tués, quatre blessés en Casamance

Trois soldats ont été tués et quatre blessés dimanche dans une embuscade tendue par des rebelles en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à un conflit indépendantiste, a-t-on appris de source militaire.

Par
Mis à jour le 11 mars 2012 à 16:12

Des soldats sénégalais s’entraînent avec un instructeur américain à Thies, en 2001. © AFP

"Nous avons perdu trois de nos hommes, quatre ont été blessés dont un grave", a déclaré à l’AFP une source militaire, jointe depuis Kolda, une des principales villes de Casamance et capitale de la région éponyme.

Un précédant bilan communiqué par la même source avait fait état d’un mort dans les rangs de l’armée à la suite de cet incident.

Des soldats qui se déplaçaient dans la région de Sédhiou (Moyenne-Casamance) pour assurer la sécurité de chrétiens se rendant à un pèlerinage annuel ont été victimes d’une embuscade, selon la même source.

Le village de Temento attire annuellement des fidèles chrétiens venus du Sénégal et de la Guinée-Bissau voisine.

"L’embuscade de ce (dimanche) matin est une suite logique du harcèlement du poste militaire de Saré Ndiaye (vendredi) où les rebelles avaient subi de lourdes pertes avec au moins cinq morts et plusieurs blessés", a affirmé la même source.

Attaque attribuée au MFDC

Trois soldats avaient été blessés dont un grièvement et un rebelle tué lors de cette attaque visant un cantonnement de l’armée par des rebelles indépendantistes, selon des sources militaires.

L’attaque a été attribuée au Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) qui lutte depuis 1982 pour l’indépendance de cette région.

Depuis 30 ans, des périodes d’apaisement relatif en Casamance sont interrompues par des violences, avec des accrochages entre rebelles et militaires, braquages armés et, dernièrement, rapts de membres de forces de sécurité.

Le conflit a fait des milliers de victimes civiles et militaires (des morts et des blessés), des dizaines de milliers de déplacés et réfugiés, sans qu’on puisse en établir un bilan précis.