Politique

Mali : Amadou Toumani Touré a officiellement démissionné

Le président malien Amadou Toumani Touré le 11 janvier 2012 à New Delhi, en Inde.

Le président malien Amadou Toumani Touré le 11 janvier 2012 à New Delhi, en Inde. © AFP

Renversé par un putsch le 22 mars, le président malien Amadou Toumani Touré (ATT) a officiellement démissionné, a annoncé dimanche la médiation burkinabè. Un acte qui ouvre la voie au départ de la junte au pouvoir et à la désignation de Dionconda Traoré, le président de l’Assemblée, comme chef de l’Etat par intérim.

Dans le cadre de l’accord de sortie de crise signé vendredi, nous venons de recevoir la lettre de démission formelle du président ATT, son surnom, a déclaré devant la presse le ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibrill Bassolé, après une rencontre à Bamako avec le chef de l’Etat déchu.

Nous allons donc saisir les autorités compétentes pour que la constatation de la vacance de la présidence soit faite et qu’on puisse prendre les mesures appropriées, a-t-il poursuivi. Le travail continue, ma mission continue, a-t-il ajouté, sans vouloir s’avancer sur un calendrier.

La junte a conclu vendredi un accord-cadre avec la médiation conduite par le Burkina pour le compte de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), par lequel elle s’engage à rendre le pouvoir aux civils après la démission d’Amadou Toumani Touré.

A l’Ouest de Bamako

M. Bassolé a rencontré ATT au domicile d’un proche de l’ex-président, situé dans un quartier de l’ouest de la capitale et surveillé par des militaires.

Le chef de la junte, le capitaine Amadou Sanogo, se trouvait dimanche après-midi à l’hôtel de Bamako où Djibrill Bassolé et le président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, ont établi leurs quartiers.

Le capitaine Sanogo doit désormais se retirer au profit de M. Traoré, qui sera le président de la période de transition devant s’achever par des élections présidentielle et législatives à une date non précisée.

Le premier défi des nouvelles autorités sera de tenter de pacifier le nord du pays, passé il y a une semaine sous le contrôle de rebelles touareg, d’islamistes armés et de divers groupes criminels.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte