Politique

Le Japon rend hommage aux 20 000 victimes du tsunami du 11 mars 2011

| Par AFP
Des policiers observent une minute de silence le 11 mars 2013 à Okawa.

Des policiers observent une minute de silence le 11 mars 2013 à Okawa. © AFP/Yoshikazu Tsuno

Les Japonais ont observé lundi une minute de silence en hommage aux quelque 20 000 morts et disparus du séisme et du tsunami du 11 mars 2011, catastrophe suivie d’un terrible accident nucléaire à Fukushima.

Les Japonais ont observé lundi une minute de silence à 14H46, en hommage aux quelque 20.000 morts et disparus du séisme et du tsunami du 11 mars 2011, catastrophe suivie d’un terrible accident nucléaire à Fukushima.

De nombreuses cérémonies ont eu lieu sur la côte du nord-est ravagée par le raz-de-marée et ailleurs dans le pays, notamment à Tokyo où une commémoration nationale a été organisée en présence de l’empereur, chef de l’Etat, de l’impératrice et du Premier ministre.

L’empereur Akihito a salué la mémoire des victimes du désastre, et souhaité que l’on n’oublie pas toutes ces vies perdues, ni les personnes qui vivent "dans ces conditions difficiles, dans les lieux de refuges, dans la région sinistrée".

Le vendredi 11 mars 2011 à 14H46 locales (05H46 GMT), le pays était secoué par un terrible séisme de magnitude 9 sous l’océan Pacifique, à quelques dizaines de kilomètres de la côte nord-est de la grande île de Honshu. Moins d’une heure après, une vague gigantesque dépassant 20 mètres de haut par endroits s’est abattue sur le littoral de la région du Tohoku (nord-est), emportant toute vie sur son passage et détruisant ports, maisons, écoles et usines.

La catastrophe a fait officiellement 15.880 morts et 2.694 disparus, auxquels s’ajoutent 2.300 personnes décédées à cause de la dégradation de leurs conditions de vie.

Deux ans plus tard, des plongeurs continuent de rechercher des corps au large, dans des fonds marins encombrés des monceaux de détritus charriés par le raz-de-marée. Sur le littoral, les travaux de reconstruction se poursuivent aussi. Beaucoup a été fait pour déblayer les débris, refaire le revêtement des routes et rebâtir les infrastructures vitales, mais plus de 315.000 personnes habitent toujours dans des logements provisoires.

Lundi, l’empereur a souligné l’importance de transmettre le souvenir cette expérience tragique aux générations suivantes, et insisté sur la nécessité d’entraîner la population "en espérant que les exercices puissent sauver les vies de nombreuses personnes" en cas de nouvelle catastrophe naturelle. Le Premier ministre s’est engagé pour sa part de construire un Japon plus résistant aux désastres et a demandé le soutien de la population.

A la centrale nucléaire Fukushima Daiichi (220 km au nord-est de Tokyo), où quatre des six réacteurs ont été saccagés par le tsunami, la situation est stabilisée mais il faudra 40 ans pour démanteler les réacteurs ravagés du site.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte