Économie

L’UE et la Banque mondiale promettent 8 milliards de dollars pour le Sahel

Ban Ki Moon a été réélu au poste de Secrétaire général de l'ONU en 2011. DR ©

La Banque mondiale et l'Union européenne se sont engagés à apporter près de 8 milliards de dollars principalement au profit des pays d'Afrique sahélienne.

Le Sécrétaire général des Nations unies, le Coréen Ban Ki-moon a entamé un voyage officiel en Afrique sahélienne. Cette visite, qui se déroule du 4 au 8 novembre 2013, doit le conduire au Mali, au Niger, au Burkina Faso et au Tchad.

En amont de cette visite, la Banque mondiale a annoncé qu’elle consacrerait 1,5 milliard de dollars à de nouveaux investissements régionaux au cours des deux prochaines années, en plus de contribuer à d’importants programmes nationaux. L’Union européenne (UE) a pour sa part dévoilé son programme d’aide au développement pour l’Afrique de l’Ouest – dans laquelle se trouvent l’ensemble des pays sahéliens, à l’exception du Tchad. Ce budget prévoit des investissements de l’ordre de 6,4 milliards d’euros d’aide pour l’Afrique de l’Ouest sur la période 2014-2020.

Répartition

Lire aussi :

Andris Piebalgs : « L’UE dépense 4 milliards d’euros par an pour l’Afrique »
Pour la Banque mondiale, l’Afrique peut rivaliser avec les plus grandes destinations mondiales
La Banque mondiale réaffirme son engagement en faveur des États fragiles
L’IFC a engagé un milliard de dollars pour le commerce en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

De la dotation de l’UE, cinq milliards d’euros (environ 6,75 milliards de dollars) seront alloués aux projets nationaux, y compris ceux des pays de la zone sahélienne. Près de 1,2 milliard d’euros de ce budget seront consacrés au financement de programmes régionaux, notamment à la réalisation du corridor Abidjan-Dakar en vue de l’achèvement de l’autoroute transafricaine de l’Union africaine, et à l’appui à des initiatives régionales visant entre autres la création d’une union douanière, l’harmonisation des statistiques commerciales et la lutte contre le blanchiment de capitaux.

Sur les 1,5 milliards de dollars d’investissements promis par la Banque mondiale, 300 millions proviendront de la Société financière internationale (IFC), filiale de la Banque spécialisée dans le secteur privé. D’autre part, l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), qui fournit des services d’assurance contre les risques politiques, apportera une garantie de 585 millions de dollars au cours de la prochaine année au projet d’exportation de gaz naturel de la Mauritanie vers le Sénégal et le Mali.

Dans son communiqué publié le 5 novembre 2013, la Banque mondiale précise par ailleurs que ces financements « viennent s’ajouter aux milliards déjà consacrés aux programmes nationaux et multinationaux de développement en cours dans la région ».

Importante délegation

Ban Ki-moon débarque à la tête d’une délégation exceptionnelle de leaders internationaux, parmi lesquels le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim, le Commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, et le président de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka. Au menu des entretiens prévus avec les chefs d’États africains figurent : le développement économique de la région, mais aussi la paix, la sécurité et le changement climatique.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte