Politique

Tunisie : Ennahdha promet de quitter le pouvoir fin octobre

| Par AFP
Le chef du parti islamiste tunisien, Rached Ghannouchi.

Le chef du parti islamiste tunisien, Rached Ghannouchi. © AFP

Le parti islamiste Ennahda qui dirige le gouvernement en Tunisie s’est engagé à quitter le pouvoir à la fin du mois d’octobre, en signant samedi avec l’opposition une feuille de route prévoyant la formation d’ici trois semaines d’un gouvernement d’indépendants.

Ce document, rédigé par quatre médiateurs pour résoudre une profonde crise politique, prévoit la désignation avant la fin de la semaine prochaine d’un Premier ministre indépendant qui aura deux semaines pour former son cabinet.

Le gouvernement dirigé par Ennahda devra alors démissionner.

La signature de ce texte a été disputée jusqu’au bout, retardant la cérémonie de samedi, mais finalement le chef d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, et les dirigeants de l’opposition l’ont signés devant la presse et la classe politique.

Le Congrès pour la République, parti du président Moncef Marzouki et allié séculier d’Ennahda, a lui refusé de le parapher.

Pouvoir déstabilisé

Le gouvernement dirigé par Ennahda, fragilisé par deux assassinats d’opposants, les crises politiques à répétition et les difficultés économiques, a ainsi accepté de quitter le pouvoir deux ans après sa victoire aux élections du 23 octobre 2011, le premier scrutin libre de l’histoire de la Tunisie.

La feuille de route prévoit aussi dans les quatre prochaines semaines, à l’issue d’un dialogue national réunissant toute la classe politique, l’adoption d’une Constitution et d’un calendrier électoral.

La Tunisie est déstabilisée par une crise politique déclenchée fin juillet par l’assassinat d’un député d’opposition.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte