Sciences

Égypte : Toutankhamon serait mort dans un accident de char

Le visage de Toutankhamon examiné par un archéologue en 2007.

Le visage de Toutankhamon examiné par un archéologue en 2007. © AFP

Des scientifiques britanniques pensent avoir percé le mystère de la mort du pharaon Toutankhamon. Selon un documentaire diffusé dimanche sur la chaîne britannique Channel 4, il aurait succombé à un accident de char.

Les chercheurs, conduits par l’égyptologue britannique Chris Naunton, ont constaté que l’"enfant pharaon" souffrait de "blessures caractéristiques sur un côté de son corps". Les experts ont effectué une "autopsie virtuelle de Toutankhamon" à partir de radiographies de la dépouille.

Ils ont conclu, à partir de reconstructions informatiques, que "le seul événement le plus plausible ayant pu causer ces blessures" serait un accident de char. Une hypothèse qui avait déjà été évoquée par des égyptologues auparavant.

Fragment de peau analysé

Les scientifiques ont par ailleurs analysé un fragment de peau de l’"enfant pharaon". Les tests chimiques réalisés "ont confirmé que la momie s’était effectivement consumée une fois dans son sarcophage".

Ce morceau de chair avait été obtenu, en 1968, par un anthropologue de l’université britannique de Liverpool, Robert Connolly. Ce dernier était membre de l’équipe qui a radiographié pour la première fois la dépouille de Toutankhamon.

Des spécialistes ont démontré qu’une "incroyable réaction chimique des huiles d’embaumement utilisées pour la momie de Toutankhamon avait conduit à sa combustion spontanée, apportant ainsi de nouvelles preuves que son embaumement avait été bâclé", selon le documentaire.

Trésor impressionnant

Toutankhamon est mort à l’âge de 19 ans, en 1324 avant notre ère après un règne bref de neuf ans. Il est connu du grand public pour le trésor exceptionnel retrouvé dans son caveau funéraire, dont un masque mortuaire en or massif de 11 kg, incrusté de lapis-lazulis et de pierres semi-précieuses.

Plusieurs théories s’affrontent sur l’origine de sa mort, des chercheurs ayant avancé la possibilité qu’il soit mort du paludisme, de la drépanocytose (une maladie génétique du sang), ou encore de la maladie de Köhler, qui limite l’afflux sanguin vers les os.
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte