Tourisme

Hammamet : le Club Med plie bagages

| Par
Le village d'Hammamet, qui compte 860 lits, avait ouvert ses portes en 1988. DR

Le village d'Hammamet, qui compte 860 lits, avait ouvert ses portes en 1988. DR ©

Le Club Med ferme ses portes à Hammamet, haut lieu du tourisme en Tunisie. En cause, une baisse des réservations, notamment depuis le marché français, dans un contexte sécuritaire qui inquiète les vacanciers.

Le village du groupe situé à Hammamet, dans la région du cap Bon, ne rouvrira pas au printemps 2014. La baisse des réservations vers la Tunisie qui s’est encore aggravée cet été explique la décision du groupe de loisirs français. « Si la destination a repris quelques couleurs sur l’été 2012, le Club Méditerranée a observé une nouvelle chute des réservations, particulièrement sur le marché fançais », explique Dirk Nouira, directeur pour le groupe des opérations Zone Afrique. Selon des chiffres cités par le Seto, le syndicat des tours-opérateurs, les ventes ont baissé de 32 % en juillet-août sur ce marché.

Lire aussi :

Tunisie : les chiffres du tourisme en légère hausse
Tunisie : Tunisair ou le tourisme, il faut choisir
Egypte : les revenus touristiques en baisse de 30% en 2011

Le marché français, premier réservoir en nombre pour le secteur, est le plus affecté depuis la révolution en raison de l’instabilité et des épisodes de violences qui ont émaillé la transition. Au premier trimestre 2013, il affichait une baisse de 47 % selon la Fédération des agences de voyages tunisiennes.

Indice de vigilance

Juste avant la visite de François Hollande en juillet, le Quai d’Orsay avait revu la carte tunisienne des Conseils au voyageurs faisant passer au vert – « indice de vigilance normal » – tout le littoral tunisien. Le 30 octobre dernier un attentat avorté qui a coûté la vie à son auteur a eu lieu sur la plage de Sousse, une autre destination balnéaire, et fait craindre aux professionnels une nouvelle vague de désaffection.

Le groupe Club Med est présent en Tunisie depuis 1954. Le village d’Hammamet, qui compte 860 lits, avait ouvert ses portes en 1988. Son exploitation avait été interrompue de 2002 à 2006 pour rénovation. Une quinzaine d’employés permanents sont concernés par la fermeture de ce village saisonnier.

Le groupe conserve tout de même un village de 1 200 lits, « Djerba, la douce ». « Cette ville bénéficie d’une situation plus calme », indique Dirk Nouira. « Le Club Med pourrait, en fonction de l’évolution de la situation du pays, continuer à étudier les opportunités de présence qui répondraient à sa stratégie sur le haut de gamme », ajoute-t-il. Une tendance privilégiée à l’échelle de l’ensemble du groupe sur les nouvelles ouvertures de villages.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte