BTP & Infrastructures

La BAD apporte 145 millions de dollars au projet d’interconnexion de l’Union du fleuve Mano

Les chefs d'État des pays de l'Union du fleuve Mano (UFM), à Monrovia en avril 2013. DR ©

La BAD va apporter 145 millions d'euros au projet d'interconnexion des réseaux électriques des pays de l'Union du fleuve Mano : la Côte d'Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée.

La Banque africaine de développement (BAD) va apporter 145 millions d’euros à CLSG, le projet d’interconnexion des réseaux électriques de la Côte d’Ivoire, du Liberia, de la Sierra Leone et de la Guinée. L’apport total de la BAD – qui implique également le Fonds africain de développement, la Facilité en faveur des États fragiles et le Fonds spécial du Nigeria – représente 40 % environ du coût total du projet.

Cette interconnexion permettra de sécuriser l’approvisionnement en énergie des quatre pays de l’Union du fleuve Mano (UFM). Elle sera mise en œuvre entre 2014 et 2017. Dans un communiqué publié le 7 novembre, la BAD indique que CLSG « implique la construction d’une ligne à haute tension (225 kV) de 1 400 km de long devant connecter les réseaux domestiques des quatre pays, ainsi que celle de onze sous-stations électriques et deux postes régionaux de répartition. » 

Lire aussi :

Côte d’Ivoire : Vitol prend le contrôle du bloc Gazier CI-202
Le réseau électrique prend une nouvelle dimension
La BAD accorde 450 millions de dollars au Cameroun
Côte d’Ivoire : le courant va passer

Accès à l’électricité

Dans un premier temps, ce projet devrait surtout permettre au Liberia, à la Sierra Leone et à la Guinée d’importer de l’électricité en provenance de Côte d’Ivoire.

« L’accès à l’électricité dans les pays du fleuve Mano est parmi les plus faibles et les plus chers au monde, avec une couverture de 15 %, contre une moyenne africaine de plus de 40 %, et de 80 % pour le reste du monde », a rappelé Amadou Zakou, chef de division au département de l’Énergie de la Banque, lors d’un séminaire préparatif organisé en mai 2013. Selon lui, au sein de l’UFM, « les coûts d’électricité sont presque deux fois plus élevés que la moyenne africaine et près de quatre fois plus élevés que la moyenne mondiale ».

24 millions de bénéficiaires

Selon le communiqué de la BAD, CLSG devrait porter le taux d’accès à l’électricité moyen dans les quatre pays à 33%. Le projet devrait raccorder à l’électricité « 125 villages le long de la ligne à haute tension, 70 écoles, 30 centres de santé et quelque 1 500 petites entreprises artisanales, commerciales et industrielles », estime la BAD. Selon l’organisation panafricaine, « au total, près de 24 millions d’habitants bénéficieront directement du projet ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte