Économie

Cameroun : le français EDF va construire une centrale hydroélectrique de 360 MW

Le Cameroun a conclu un accord avec le français EDF pour la construction d’une centrale hydroélectrique de 360 mégawatts. Un investissement estimé à 610 millions d’euros.

Par
Mis à jour le 12 novembre 2013 à 11:26

Le fleuve Sanaga, sur lequel sera construite la centrale hydroélectrique de 420 mégawatts. © DR

Mis à jour le 12/11/2013 à 18:31CET : Alucam est une coentreprise entre le canadien Rio Tinto Alcan (filiale du groupe minier anglo-australien Rio Tinto) et le Cameroun.

Le Cameroun a signé le 8 novembre à Yaoundé un accord avec le groupe français EDF pour le développement du projet de construction de la centrale hydroélectrique de Natchigal. Cette dernière aura une capacité de 360 mégawatts et son coût est estimé à 400 milliards de F CFA (environ 610 millions d’euros). La construction de l’usine, qui se situera sur le fleuve Sanaga, à environ 60 km au nord-est de Yaoundé, devrait commencer d’ici à six mois, quand les travaux du barrage de Lom Pangar seront terminés.

Lire aussi :

Cameroun : tous branchés en 2020 ?
Cameroun : les secteurs-clés de la croissance
RD Congo : à qui profitera le barrage d’Inga 3 ?
Cameroun : AES vend Sonel pour 220 millions de dollars

EDF financera le projet à hauteur de 40 %, la Société financière internationale (IFC) à hauteur de 34 % et l’État à hauteur de 26 %.

L’énergie produite sera essentiellement employée à doubler les capacités de production d’aluminium – qui représente une part importante du secteur industriel du pays – d’Alucam (Aluminium du Cameroun) à Edea, une coentreprise entre le canadien Rio Tinto Alcan et le gouvernement camerounais.

Potentiel hydroélectrique

Aujourd’hui seulement 22 % de la population camerounaise est reliée au réseau électrique selon les chiffres de la Banque africaine de développement (BAD), et le pays espère atteindre 48 % d’ici à 2020. Le Cameroun dispose actuellement de deux centrales hydroélectriques, à Edea et à Song Loulou. « C’est un projet très important pour notre pays, qui permettra de produire jusqu’à 400 mégawatts d’électricité en plus », a déclaré Basile Atangana Kouna, le ministre de l’Énergie et de l’Eau.

Doté pourtant d’un important potentiel hydroélectrique, qui le situe sur le continent derrière la RD Congo et l’Éthiopie, le pays ne produit aujourd’hui qu’une faible part de son électricité à partir de sources hydrauliques et le gouvernement vise à tripler cette production à l’horizon 2020.