BTP & Infrastructures

Le Niger et le Bénin s’allient pour la ligne ferroviaire Cotonou-Niamey

| Par Jeune Afrique
La ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Niamey devrait être achevée en septembre 2015.

La ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Niamey devrait être achevée en septembre 2015. © Gbekide Barnus/Panapress

Le Niger et le Bénin ont signé un protocole d’entente pour la réalisation d’une ligne de chemin de fer reliant Niamey et Cotonou. Le démarrage des travaux est prévu au plus tard pour la fin mars 2014.

Les présidents nigérien et béninois Mahamadou Issoufou et Boni Yayi ont signé le 7 novembre 2013 un protocole d’entente pour la réalisation d’une ligne ferroviaire reliant la capitale du Niger, Niamey, à Cotonou, la capitale économique du Bénin. Le projet comprend la réhabilitation du tronçon ferroviaire Cotonou-Parakou (dans le Nord du Bénin) et la réalisation du tronçon Parakou-Niamey, soit 1 200 kilomètres de voie ferrée au total.

Ligne Cotonou-Parakou-NiameyLe démarrage des travaux est prévu au plus tard pour la fin mars 2014. Selon Ake Natonde, le ministre béninois des Transports, interrogé par l’AFP, ils devraient coûter au total 1,2 milliard d’euros. Le chemin de fer doit quant à lui être livré « au plus tard en septembre 2015 », a-t-il ajouté. En tant que partenaire stratégique du projet, le groupe industriel français Bolloré sera chargé de mobiliser les ressources nécessaires au financement du projet.

Flux

La construction de cette ligne revêt une importance particulière pour ces deux pays. En effet, une grande partie de l’uranium produit au Niger est évacuée à travers le port de Cotonou. Le transport, assuré par convois de camions sur plus de 2 000 km depuis les mines d’Arlit dans le Nord du Niger, pose de nombreux défis sécuritaires et environnementaux auxquels la ligne ferroviaire pourrait apporter des réponses.

Par ailleurs, le Niger et le Nigeria représentent 90 % du trafic de ré-exportation et de transit du port de Cotonou. Enfin, la ligne Cotonou-Parakou-Niamey est un important tronçon de l’axe ferroviaire ouest-africain qui, à terme, devrait relier Abidjan, Ouagadougou, Niamey, Cotonou et Lomé.

1,2 milliard d’euros

Le Niger et le Bénin ont également entériné la création d’un consortium au capital social de 70 milliards de F CFA (environ 650 millions d’euros), chargé de la réhabilitation, de la construction et de l’exploitation du chemin de fer Cotonou-Parakou-Niamey.

Le Bénin et le Niger disposeront chacun de 10 % du capital de la nouvelle structure, tandis que Bolloré détiendra une participation de 40 %. Les parts restantes seront attribuées à des investisseurs privés nigériens (20 %) et béninois (20 %).

Lire aussi :

La liaison ferroviaire Angola-Katanga fait son chemin
Frank Timis, bâtisseur de voie ferrée en Côte d’Ivoire
L’axe Lomé-Ouagadougou reçoit le soutien de la BAD
Niger : CNPC va investir 150 millions d’euros dans la construction de routes

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte