Politique

Mali : le Premier ministre à Kidal, fief des rebelles touaregs

Moussa Mara, Premier ministre malien.

Moussa Mara, Premier ministre malien. © AFP

Le Premier ministre malien Moussa Mara est arrivé samedi à Kidal, ville du nord du pays et fief des rebelles touareg, une arrivée retardée par des échanges de tirs entre rebelles et armée.

Cette étape très attendue s’inscrit dans le cadre de sa première visite dans le Nord, toujours instable, depuis sa prise de fonction en avril. "Un hélicoptère de la Minusma (Mission de l’ONU au Mali) appuyé par un autre appareil de l’opération (française) Serval ont permis au Premier ministre malien d’arriver à Kidal", a déclaré à l’AFP un responsable onusien à Kidal.

"L’avion a atteri au camp militaire tenu par la Minusma"

"L’avion du Premier ministre n’a pas atterri à l’aéroport de Kidal mais dans le camp militaire tenu par la Minusma", a précisé la même source. Accueilli par le gouverneur de la région de Kidal, M. Mara devait se rendre au camp militaire tenu par l’armée malienne, avant de repartir.

"Le Premier ministre est arrivé à Kidal. Je confirme. Je suis actuellement avec lui. Nous allons voir les militaires maliens dans un autre camp", a déclaré un membre de la délégation du Premier ministre.

Des échanges de tirs entre armée malienne et rebelles touareg avaient eu lieu plus tôt à Kidal, obligeant le chef du gouvernement à retarder sa venue et à atterrir à Gao, la grande ville du Nord. Selon le collaborateur de Moussa Mara, "on entend toujours des coups de feu dans la ville de Kidal, mais de faible intensité".

Dans un communiqué, la Minusma a condamné "fermement les actes de violence à Kidal", qui ont fait "19 blessés légers" parmi ses policiers sur place, et "sept parmi les manifestants". La mission onusienne "appelle les parties concernées à assurer une cessation immédiate des actes de violence et le retour au calme" et à engager "des discussions constructives afin de faire progresser le processus de réconciliation".

En novembre 2013, le précédent Premier ministre Oumar Tatam Ly avait été contraint d’annuler une visite à Kidal après l’intrusion de manifestants hostiles sur l’aéroport de ce chef-lieu de région.

Moussa Mara a entamé vendredi sa tournée dans le Nord par Tombouctou. Bien que les islamistes aient été chassés et largement affaiblis, l’Etat malien n’a jamais repris véritablement le contrôle de Kidal et de sa région, située à 1.500 km au nord-est de la capitale Bamako, où les Touareg, jadis alliés aux jihadistes, sont en force.

(AFP)

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte

Toute l'actualité de l'Afrique anglophone

Analyse, débats, expertises... Pour comprendre l'Afrique de demain et d'aujourd'hui

arrow icon Découvrir theafricareport.com
Fermer

Je me connecte