Politique

L’inscription sur les listes électorales prend fin le 29 novembre à Abidjan

L’opération d’identification et d’inscription sur les listes électorales prendra fin le 29 novembre prochain dans le district d’Abidjan, deux mois après son lancement officiel, a appris APA de source sûre dans la capitale économique ivoirienne.

Par
Mis à jour le 21 novembre 2008 à 10:55

«Le 29 novembre au soir, l’opération d’identification et d’enrôlement des populations prendra fin dans le district d’Abidjan », a expliqué une source proche de la commission électorale indépendante (CEI) contactée par APA.

Selon la même source «à ce jour l’opération a permis d’inscrire sur la liste électorale 1 100 000 personnes dans les 774 centres ouvert dans le district d’Abidjan ».

Progressivement la « machine » se met en place et atteindra une phase grandeur nature avec l’ouverture dans les semaines à venir de quelque 11. 000 centres prévus à terme sur l’ensemble du territoire ivoirien.

En 2000, ce sont au total 1 300 000 électeurs qui ont été enregistrés dans le district d’Abidjan où la présente édition s’est heurtée à plusieurs grèves des agents d’identification recrutés par les différentes structures techniques.

Ce processus de révision des listes électorales en vue de la présidentielle en Côte d’Ivoire et qui doit aboutir à la délivrance de nouvelles cartes d’électeur et d’identité, l’une des principales revendications de l’ex-rébellion, prendra fin à Abidjan au moment où il vient d’être lancé mardi dernier à Bouaké, deuxième ville du pays et fief de l’ex rébellion des Forces Nouvelles.

L’identification des populations est une étape cruciale de l’accord de paix de Ouagadougou signé le 4 mars 2007 par le président Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, le leader des Forces Nouvelles devenu premier ministre à la faveur dudit accord.

Lancée officiellement le 15 septembre 2008 à Yamoussoukro par le président Laurent Gbagbo, elle a connu quelques difficultés de démarrage.

Secouée par une crise militaro-politique depuis septembre 2002, la Côte d’Ivoire toujours divisée en deux, est à la recherche d’une paix définitive par l’organisation d’une élection présidentielle dont la date du premier tour initialement prévue pour le 30 novembre prochain a été reportée sine die par la quatrième réunion du cadre permanent de concertation (CPC) tenue le 10 novembre à Ouagadougou.