Archives

Cet article est issu du dossier

Pétrole et gaz : la ruée vers l’Est

Voir tout le sommaire
Économie

Pétrole : ivresse des profondeurs

Mis à jour le 5 décembre 2013 à 11:31

« Jeune Afrique » a sélectionné quatre patrons « à suivre » actifs dans le secteur pétrolier africain. Pour leurs compagnies respectives, ils rêvent tous d’un gisement hors norme.

Africa Oil Corp

Mark Dingley

Le Kényan blanc

Après quatorze années passées au sein de la junior Talisman Energy, notamment en tant que vice-président des opérations au Moyen-Orient, Mark Dingley, 48 ans, a rejoint en avril une autre compagnie canadienne, Africa Oil Corp (AOC) pour prendre les rênes de sa filiale éthiopienne. En mai, il était également nommé directeur des opérations de Horn Petroleum, dont Africa Oil détient 45 % et qui possède deux blocs au Puntland. Désormais installé à Addis-Abeba, Mark Dingley, qui est né et a grandi au Kenya, opère ainsi une sorte de retour aux sources. Associé à Tullow sur un bloc prometteur dans le sud du pays, AOC procède aussi à des explorations dans la vallée du Rift, ainsi que dans le nord et l’est du pays.

Delonex Energy

Rahul DhirRahul-Dhir-Delonex-Energy AFP

Un chef indien

Nouveau venu en Afrique, Rahul Dhir, 47 ans, est une référence en Inde. Entre 2006 et 2012, il a été, en tant que directeur général, l’un des principaux artisans de la croissance de la compagnie Cairn India, dont la production atteignait au moment de son départ 200 000 barils par jour pour une capitalisation de plus de 13 milliards de dollars (9,7 milliards d’euros). En juin 2013, cet ingénieur de formation a levé 600 millions de dollars auprès de Warburg Pincus, la société américaine de capital-investissement, pour financer le lancement de sa propre compagnie, Delonex Energy. Un tour de table complété en août par la Société financière internationale (IFC), filiale de la Banque mondiale, qui a injecté 60 millions de dollars contre 10 % du capital. Pour l’heure, aucune opération n’a été rendue publique. Mais Rahul Dhir a indiqué étudier les possibilités d’obtenir des permis ou de s’associer à d’autres compagnies en Afrique de l’Est, de l’Éthiopie au Mozambique, mais aussi au Tchad et au Soudan.

Tullow Oil

Tim O’Hanlon

« Monsieur Jubilee »

Durant la dernière décennie, Tim O’Hanlon, 54 ans, vice-président chargé de l’Afrique, a fait de Tullow Oil l’une des compagnies les plus respectées du continent, notamment avec la découverte du champ Jubilee au Ghana. Désormais, c’est dans l’Est (Ouganda, Kenya…) que cet ingénieur, diplômé de l’Imperial College de Londres, et ses équipes concentrent leurs efforts. Ce qui ne l’empêche pas de parcourir sans cesse le continent à la recherche de nouvelles opportunités. Début octobre, on l’a aperçu, par exemple, à Niamey en train de tenter d’obtenir des blocs rendus par la société d’État China National Petroleum Corp.

ENI

Loris Tealdi

Il monte, il monte…

Pur produit de la maison Eni, Loris Tealdi, 37 ans, est une des valeurs montantes de la compagnie italienne. Diplômé de l’Imperial College de Londres et titulaire du MBA de l’université de Bologne, cet ingénieur est passé notamment par la filiale du Congo et la Nigerian Agip Oil Company (la coentreprise détenue par Eni avec l’État du Nigeria). Vice-président de Reservoirs & Petroleum pour la région Afrique depuis mars 2012, il supervise dans douze pays une production d’environ 1 million de barils par jour et est particulièrement impliqué dans les projets de forages en eau profonde en Angola.

Lire aussi :

Pétrole : ENI poursuit son expansion en Afrique
Tim O’Hanlon : « Tullow Oil a déjà investi 1 milliard de dollars dans le lac Albert »
Pétrole : pactole en vue en Afrique de l’Est
Dossier pétrole : l’avenir est au fond de la mer