Société

Les marchés d’Abidjan inondés de jouets en prévision de Noël

La fête chrétienne de Noël, commémorant la naissance de Jésus Christ et considérée comme celle du don de cadeaux aux enfants, se prépare activement à Abidjan où magasins et grandes surfaces sont remplis de de jouets au grand bonheur des enfants.

Par
Mis à jour le 15 décembre 2008 à 09:40

Les habitants d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire s’activent pour la Noël, malgré la conjoncture économique engendrée par la crise socio-politique du 19 septembre 2002.

Au delà du caractère religieux de cette fête, les jouets pour lesquels de nombreuses familles déboursent de faramineuses sommes pour satisfaire les enfants, occupent une place de choix.

De Marcory aux Deux Plateaux en passant par Treichville et le Plateau les super marchés sont envahis par les clients alors quel les jouets jonchent les allées et les travées. Dans les marchés des quartiers populaires comme Adjamé, Yopougon et Abobo, le constat est le même sur fond d’ambiance bruyante.

Dans l’un des plus grands super marchés du Plateau, le quartier administratif et des affaires d’Abidjan, tous les rayons sont remplis.

En rang serré mais ordonné de nombreux travailleurs profitent des heures de pause à midi pour « s’approvisionner ».

«La Noël est une fête très importante pour moi et toute ma famille. Il faut faire des dons aux enfants. J’ai prévu la somme de 60 000 francs CFA pour mon seul enfant âgé de 8 ans », a expliqué à APA M. Gérard Konan Kouakou, cadre dans une banque d’Abidjan.

Plusieurs autres travailleurs du secteur privé ou public, se rabattent sur les arbres de Noël organisés par leurs sociétés pour éviter ainsi des dépenses supplémentaires. «Depuis de nombreuses années notre entreprise organise un arbre de Noël, ce qui nous soulage énormément », se réjouit poyur sa part, M. Simplice Tanoh, exerçant dans l’hôtelerie.

Certaines familles aux revenus faibles préfèrent les jouets proposés par les commerçantes des marchés populaire d’Adjamé, de Treichville et autres. C’est le cas de M. Jérôme Oulaye, docker au port autonome d’Abidjan qui affirme qu’il n’excédera pas la somme de 5000 francs pour ses deux enfants.

La fête de la Noël n’intéresse pas tout le monde dans la capitale économique ivoirienne où certaines personnes estiment qu’il « s’agit d’une fête purement chrétienne ».

«J’ai déboursé beaucoup d‘argent pour la Tabaski qui vient de s’achever qui est ma fête. Je ne peux en aucun cas faire des dépenses pour la Noël. C’est clair? Et je l’ai fait savoir à mes enfants », a soutenu M. Mamadou Ouattara, instituteur à la retraite et fervent musulman.

Comme lui de nombreux parents ne s’intéressent pas à la Noël malgré le tapage médiatique qui a lieu à ce moment.

La fête de Noël à Abidjan est accueillie de diverses manières par les familles.

La crise socio économique qui a accentué la paupérisation des populations laisse plusieurs personnes indifférentes aux fêtes de fin de l’année grégorienne.