Société

Niamey confirme la disparition d’un représentant spécial de l’ONU à l’ouest du Niger

Les autorités nigériennes ont confirmé =la disparition dans la région de Tillabery (ouest du Niger), frontalière du Mali, du représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour le Niger, Robert Fowler.

Par
Mis à jour le 16 décembre 2008 à 12:58

Selon le ministère nigérien des affaires étrangères, M. Fowler, arrivé de « manière impromptue » en visite au Niger le 11 décembre, s’était rendu dans la matinée de dimanche dernier, à titre privé, dans la région de Tillabéry, accompagné de son assistant, Louis Guy et d’un chauffeur des Nations Unies, le Nigérien Soumana Mounkaila.

M. Fowler s’est rendu à Samira (ouest de Niamey) et les forces de défense et de sécurité ont pu localiser le véhicule des Nations Unies à bord duquel il voyageait à 45 km de Niamey, non loin du bac Farié, a indiqué à la presse le ministère nigérien des affaires étrangères.

Pour l’heure, Niamey déclare ignorer tout du motif de la disparition du représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, même si « les forces de défense et de sécurité nigériennes sont mobilisées et recherchent activement M. Fowler ».

Le diplomate onusien s’est rendu à Tillabéry, où se déroulent depuis le 12 décembre, les festivités marquant le cinquantenaire de la république du Niger, « sans en informer les autorités nigériennes compétentes », précise un communiqué officiel reçu mardi à APA.

Des éléments des forces de défense et de sécurité sont « activement » mobilisés pour retrouver M. Fowler, indique la même source, ajoutant que les autorités nigériennes sont « vivement » préoccupées par cette disparition.

Par ailleurs, poursuit le communiqué, M. Fowler avait en outre auparavant donné congé à l’agent du protocole détaché auprès de lui pour son séjour au Niger.

La région de Tillabery, fontalière du Mali, a connu ces derniers mois quelques cas d’insécurité, notamment dans sa partie ouest où les rebelles du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ) ont revendiqué certaines attaques.