Politique

Convocation imminente d’une « convention des peuples »

Des membres de la société civile camerounaise et des leaders des partis politiques d’opposition ont exprimé leur volonté d’organiser « une convention des peuples » au Cameroun faire un état des lieux du pays cinquante ans après son indépendance, a appris APA auprès des organisateurs.

Par
Mis à jour le 16 décembre 2008 à 13:44

«Il s’agit de renégocier notre souveraineté nationale qui a été confisquée à l’extérieur par la France, et à l’intérieur par l’Etat camerounais à travers un groupuscule qui défend des intérêts partisans et égoïstes au détriment du peuple », a déclaré Mme Marie-Louise Eteki, présidente de la Convention des Forces Alternatives (CFA, regroupant des partis d’oppostion).

A travers la convention des peuples, les initiateurs entendent « instituer un Etat de droit au Cameroun en vue de l’instauration d’un régime politique démocratique et réorganiser une société moderne qui tienne compte de nouvelles forces sociales dans notre pays ».

Par ailleurs, la CFA a réitéré la nécessité pour le Cameroun de relancer le processus de constitution des Etats Unis d’Afrique.

La "convention des peuples" sera composée de la société civile, des partis politiques, des organisations patronales et syndicales et des représentants de toutes les corporations.

Les thèmes portent sur trois principaux centres d’intérêt : les rapports du peuple camerounais avec les autres peuples d’Afrique et du reste du monde, le renforcement du processus démocratique et la réorganisation de la société sur la base des exigence de progrès et de solidarité.