Politique

Le parti dissident de l’ANC forme un nouveau bureau

  Le plus jeune parti sud-africain, le Congrès du peuple (COPE) a dévoilé sa direction avec des surprises au moment où le parti se dit prêt à affronter le Congrès national africain (ANC, au pouvoir) lors des élections générales de 2009.

Par
Mis à jour le 17 décembre 2008 à 16:03

Dans ce que les observateurs qualifient de « tentative délibérée » d’afficher un profil différent de l’ANC, COPE a nommé mardi des personnes relativement inconnues à des postes clé conformément à une stratégie visant à tendre la main aux minorités et aux femmes.

«L’histoire de l’Afrique du Sud ne sera jamais le même », a indiqué le chef du COPE, Moseoua Lekota à 4000 délégués enthousiastes en acceptant le poste de dirigeant du parti à la conférence d’ouverture tenue à Bloemfontein. «Même si l’ANC convoque un scrutin anticipé, nous allons leur montrer que nous sommes prêts et s’ils veulent une élection tardive alors nous aurons plus de temps de gagner le cœur d’autres personnes », a-t-il estimé. Lekota a souligné l’importance d’élaborer une nouvelle culture politique qui distinguerait COPE de l’ANC. Ses politiques iraient en faveur de la croissance, a-t-il assuré.

Toutefois certains des choix étaient même inconnus des délégués lors du lancement. Par exemple, le choix de la femme d’affaire de Gauteng, Lynda Odendaal comme deuxième adjoint de Lekota a choqué une partie des délégués. Beaucoup de personnes s’attendaient à voir Mluleki George, un fondateur du parti nommé à ce poste. En lieu et place il a été désigné organisateur national du COPE. L’ancien Premier ministre de Gauteng, Mbhazima Shilowa, un autre pilier du parti, a été nommé premier vice-président du COPE. Une autre dirigeante relativement inconnue, Deirdre Carter, a été élue au poste de vice- secrétaire général. Même si Lekota a assuré aux journalistes mercredi qu’elle ferait tout ce que le COPE lui demanderait de faire, les observateurs avertis estiment qu’elle n’est pas prête à affronter Zuma lors des élections en raison d’une mauvaise santé.