Politique

Trois grands événements socio politiques marquent 2008

Au cours de l’année 2008, la Guinée a célébré le cinquantenaire de la République sur fond de contestation, vécu le limogeage du Premier ministre Lansana Kouyaté, nommé au lendemain de troubles sociaux avec plus de 200 morts et le naufrage de onze étudiants camerounais, le long des côtes de la capitale Conakry.

Par
Mis à jour le 18 décembre 2008 à 09:15

En Guinée, les avis étaient partagés quant à l’organisation du cinquantenaire, célébré le 02 octobre 2008, et devant s’étendre sur l’ensemble du territoire national jusqu’à la prochaine célébration de l’indépendance nationale.

Ceux qui s’y étaient opposés, notamment une large partie de l’opinion, estimaient que compte tenu du retard accusé par le pays en ce qui concerne la réalisation des infrastructures sociaux de base, (eau, électricités,etc), l’Etat devait plutôt orienter les fonds prévus pour le cinquantenaire vers la réalisations de grands ouvrages.

Les citoyens qui militaient pour son organisation, se sont défendus, expliquant pour leur part, que quelque soit le degré de retard de notre pays, cela ne devrait pour autant pas nous empêcher de célébrer un événement qui a été le couronnement de décennies de lutte de nos aïeux.

Le limogeage inattendu de ’’leur’’ Premier ministre Lansana Kouyaté, au mois de mai 2008, après 15 mois de gestion à la Primature est l’autre événement qui a retenu l’attention des Guinéens. Le départ de la primature de ce diplomate de carrière, avait abasourdi plus d’un, car nommé à ce poste aux lendemains des révoltes populaires contre le régime du Général Lansana Conté.

Au cours de ces révoltes, plus de 200 personnes avaient trouvé la mort. D’autres citoyens guinéens voyaient autrement le limogeage de Kouyaté, estimant qu’il s’était éloigné de la feuille de route qui lui avait été donnée. Mais la majorité de la population pense qu’il a plutôt été l’objet d’intrigues de la part des anciens ministres de Lansana Conté.

Par ailleurs, des opposants au régime de Conté voyaient en Kouyaté un potentiel successeur du président qui a mal supporté qu’on lui ait imposé une option. L’année 2008 en Guinée a été également endeuillée par la mort tragique de onze étudiants camerounais noyés au large de Conakry.

Les jeunes camerounais, pour la plupart étudiants en médecine, avaient quitté ce soir de mars la capitale Conakry, pour tenter de rallier l’île de Kassa, à une dizaine de kilomètres de la capitale, afin, rapporte-t-on, d’y célébrer l’anniversaire de l’un de leurs amis.

L’armateur de la barque de fortune n’ayant pas respecté les conditions météorologiques, la barque avait chaviré entrainant la noyade des étudiants.

Cet événement tragique avait plongé tout le pays dans une totale consternation, tant les étudiants camerounais faisaient preuve d’un exemple de bonne conduite selon les avis concordants de leurs collègues étudiants, des responsables des universités guinéennes et même des populations avec lesquels ils avaient appris à vivre ensemble.