Droits de l’homme

Les Oulémas mettent en garde les féministes

©

Le Conseil supérieur des oulémas (docteurs de loi islamique) du Maroc est sorti de son mutisme après la levée, le 10 décembre, des réserves sur la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard de la femme (CEDEF), en affirmant que l’attachement aux constantes religieuses du pays ne peut être remis en question.

Les constantes religieuses et les préceptes de la loi canonique (« Charia ») ne peuvent faire l’objet d’aucune jurisprudence, a martelé, dans un retentissant communiqué, la plus haute autorité religieuse au Maroc, en réaction à des déclarations de mouvements féministes revendiquant la révision de la loi sur l’héritage, selon des dispositions «positivistes ».

L’instance a rappelé que le Roi, qui a décidé la levée des réserves, est « Amir Al Mouminine » (commandeur des croyants), qui « ne peut recommander l’illicite ou interdire le licite ». Les constantes religieuses des Marocains « sont garantis par Amir Al Mouminine », dans une logique d’attachement à « la loi divine qui est au-dessus de tout engagement », a conclu le Conseil.

Des ONG marocaines féministes avaient interprété la décision de Rabat de s’aligner sans réserve, à la CEDEF comme un « engagement » qui suppose une égalité juridique entre les deux sexes y compris dans l’héritage, la nationalité ou encore dans la possibilité pour une Marocaine musulmane de contracter un mariage avec un non musulman.

Les réactions et les conjectures ont jailli de toute part faisant la Une de plusieurs titres qui ont laissé libre court aux intervenants au point que le débat a pris une dimension de polémique démesurée entre les courants « laïcs » et les milieux conservateurs dont les Oulémas.

Le Maroc avait annoncé mercredi dernier qu’il n’avait plus de réserves sur la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard de la femme.

La décision avait été annoncée par le Roi Mohammed VI dans un message adressé au Conseil marocain consultatif des droits de l’Homme (CCDH) à l’occasion de la commémoration du 60-ème anniversaire de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme sous le signe « Dignité et justice pour tous ».

Pour la plus haute autorité du pays, les réserves sont devenues « caduques » au regard des législations « avancées » adoptées par le Maroc. La CEDEF, décrétée en 1979, a été ratifiée par le Maroc en 1993 mais son entrée en vigueur , avec des réserves, n’a eu lieu qu’en 2001.

En janvier 2008, le comité onusien de lutte contre la discrimination à l’égard de la femme a félicité le pays pour « les importantes réformes juridiques entreprises dans le domaine des droits de l’Homme et en particulier à éliminer les discriminations contre les femmes».

Le Comité reste « préoccupé de ce que, bien que la constitution garantit l’égalité devant la loi, elle n’a pas consacré le principe de l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines et que la législation ne contient pas de définition explicite du principe d’égalité, ou de la discrimination fondée sur le sexe ».

Le Comité avait appelé le Maroc à « intégrer le principe de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la constitution ou dans d’autres lois, et de promulguer et d’appliquer une loi globale sur l’égalité des sexes qui soit contraignante à la fois pour le secteur public et le secteur privé et de sensibiliser les femmes à leurs droits en vertu de cette législation ».

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte