Diasporas

Rama Yade s’indigne contre le procès fait à la diversité en France

| Par APANEWS

©

La Secrétaire d’Etat française aux Droits de l’homme, Rama Yade, s’est insurgé contre ce qui, à ses yeux, à tout l’air d’un procès qui est entrain d’être fait à la diversité par une partie de l’opinion et une partie de la classe politique française par médias interposés.

« Au moment où Nicolas Sarkozy fait des propositions pour améliorer la diversité dans notre pays, il ne faut pas (faire le procès) de la diversité parallèlement », a déclaré Rama Yade sur la radio privée française RTL.

« Il y en a qui n’ont jamais accepté cette diversité et qui n’acceptent pas le volontarisme de Nicolas Sarkozy dans ce domaine et donc les relents conservateurs remontent », a-t-elle notamment dénoncé ajoutant que « s’il n’y avait que ces gens, il ne se serait rien passé ni pour les droits des femmes ni pour les minorités ni pour les jeunes ».

La jeune Secrétaire d’Etat originaire du Sénégal répondait ainsi aux propos de sa collègue de la Famille, Nadine Morano, qui avait estimé à son propos qu’ « on n’est pas protégé parce qu’on est issu d’une minorité, parce qu’on est d’origine maghrébine ou africaine ».

« Rama Yade a des devoirs comme tous les autres membres du gouvernement, ce n’est pas parce qu’on est issu de la minorité qu’on n’a pas de devoirs. On a des devoirs au même titre que les autres, on n’est pas une icône, on est là pour servir son pays », avait notamment ajouté Nadine Morano selon qui « on a aussi besoin que les personnalités issues de la diversité aillent devant les électeurs ».

Originaire du Sénégal d’où elle est partie dès l’âge de sept ans pour rejoindre la France, Rama Yade traverse une période difficile depuis son refus de conduire la liste des candidats de l’UMP en Ïle de France, à l’occasion des prochaines élections européennes.

Elle avait expliqué son refus par sa préférence pour un mandat national, ce qui a provoqué la colère de l’Elysée ainsi que de nombreux cadres du parti au pouvoir dont certains apprécient déjà très peu la liberté de parole de Rama Yade. Dimanche, Christian Estrosi, Secrétaire général adjoint de l’UMP avait tenu à son égard des propos très durs affirmant notamment qu’ « elle existe parce que Nicolas Sarkozy l’a fabriquée ».

« On fait un placement, on le fait fructifier et au moment où on veut en tirer les bénéfices, voila », avait déclaré le maire de Nice (Sud de la France) à la suite du refus de la franco-sénégalaise de s’engager aux européennes.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte