Politique

Entre Bazoum et Issoufou, les masques sont-ils tombés ?

Longtemps, le président renversé et son prédécesseur ont affiché leur proximité, s’appliquant l’un et l’autre à démentir ceux qui faisaient état de leurs différends. Mais aujourd’hui, les langues se délient.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 août 2023 à 16:51

Mohamed Bazoum (à g.) et Mahamadou Issoufou, à Tahoua, le 5 août 2019. © Montage JA ; Louis Vincent

LES SECRETS D’UN COUP D’ÉTAT (1/3) – Cela aura été le silence le plus assourdissant depuis le putsch du 26 juillet. Un tweet, quatre jours plus tard, dans lequel Mahamadou Issoufou dit s’employer « à trouver une sortie de crise négociée permettant notamment de libérer le président Mohamed Bazoum et de le restaurer dans ses fonctions ». Suivi d’un mutisme total qui, forcément, a interpellé. Jusqu’à ce bref entretien accordé le 17 août à Jeune Afrique, au cours duquel il réaffirme la même position.

Autant le dire tout de suite : si les liens étroits entre le général putschiste Abdourahamane Tiani et Mahamadou Issoufou sont à la fois anciens et avérés (« des relations d’élève à mentor », commente un ambassadeur en poste à Niamey), l’implication de ce dernier dans le coup d’État n’est à ce stade aucunement étayée, pas même parmi ceux qui, dans l’entourage du président renversé et séquestré, font de son prédécesseur le « cerveau » de l’opération du 26 juillet.

À Lire[Série] Entre Bazoum, Issoufou et Tiani, les secrets d’un coup d’État