Économie

Qu’est-ce qui fait courir Spiro, décidé à essaimer sur le continent ?

La société fondée par le Béninois Shegun Bakari, qui vient de lever 63 millions de dollars en dette, veut déployer rapidement ses stations de recharge de batteries de motos pour devenir un acteur incontournable du secteur.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 24 août 2023 à 12:04

Des conducteurs de taxis-motos opérés par Spiro, devant une des 50 stations de recharge, à Kigali le 2 juin 2023. © Clement DI ROMA / AFP

Lever 63 millions de dollars (près de 60 millions d’euros) en plein « hiver du financement » mondial de la tech relève presque de l’exploit. C’est pourtant que ce que la plateforme béninoise de location de deux-roues électriques Spiro (ex-MAuto) a réussi à faire début août.

À LireCes start-up africaines qui séduisent les investisseurs, championnes de la tech de demain

Il faut dire que Spiro, qui a été dirigée par l’actuel ministre béninois des Affaires étrangères, Shegun Bakari, n’est plus tout à fait une start-up. Elle est née en 2022 grâce à un investissement de 20 millions de dollars de l’Africa transformation and industrialization fund (Atif), un fonds d’investissement installé à Abou Dhabi et créé par des membres du management d’Arise, dont Gagan Gupta. Spiro, bien qu’en quête de forte croissance, a bénéficié dès le départ d’un solide soutien financier qui lui a permis d’étendre rapidement son réseau de taxis-motos électriques et de stations d’échange de batteries.

Soutiens financiers