Société

Démarrage des projets de lutte contre les séquelles de l’esclavage en Mauritanie

  Les préparatifs pour la mise en œuvre du programme de lutte contre les séquelles de l’esclavage sont initiés actuellement dans la région du Brakana, à quelques 250 kilomètres de Nouakchott, dans la vallée du fleuve Sénégal.

Par
Mis à jour le 19 décembre 2008 à 19:17

Une mission du commissariat mauritanien chargé des droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec le parlement séjourne depuis vendredi dans cette région à vocation agropastorale pour sélectionner les agglomérations devant bénéficier des projets socioéconomiques destinés à l’élimination des séquelles de l’esclavage.

Le désenclavement, la construction des infrastructures de base, l’aménagement des terres cultivables, la lutte contre l’analphabétisme et le financement des activités génératrices de revenus sont des échantillons des projets prévus dans le cadre dudit programme. Mme Zeinébou Mint Hmednah, gouverneur du Brakna a exhorté les superviseurs à faire preuve de ‘’compétence, de dynamisme et de sérieux’’ dans l’exécution de ces projets.

Mme le gouverneur a ensuite souligné l’intérêt qu’accordent les pouvoirs publics à la lutte contre l’esclavage en tant que priorité et choix national.

Les députés mauritaniens avaient accordé jeudi un financement de 250 millions de dollars américains sur le budget de 2009 au programme national de lutte contre les séquelles de l’esclavage au plan socioéconomique. Au plan juridique, le parlement mauritanien, dans ces deux chambres, avait voté en 2007 une loi incriminant l’esclavage et les pratiques esclavagistes.