Politique

Le FNDD décidé à poursuivre son combat pour le rétablissement du président mauritanien déchu dans ses fonctions

Le Front national pour la défense de la démocratie (FNDD), regroupant quatre partis politiques de la majorité présidentielle en Mauritanie, a réaffirmé sa volonté de poursuivre son combat pour exiger le retour à la vie constitutionnelle et le rétablissement du président mauritanien déchu dans ses fonctions.

Par
Mis à jour le 21 décembre 2008 à 14:06

Au cours d’une conférence de presse tenue dimanche à Nouakchott, quelques heures après la libération inconditionnelle du président déchu, M. Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, le président en exercice FNDD, Bodjel Ould Homeid a critiqué la façon dont le président élu a été traité par la junte au pouvoir depuis le 6 aout dernier.

Selon lui, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi a été tiré de son lit à 3 heures du matin (GMT) pour être ramené à Nouakchott avant d’être remis en liberté.

La liberté inconditionnelle accordée au président mauritanien déchu serait consécutive selon lui à une ‘’forte pression’’ de l’extérieur. M. Bodjel a par ailleurs déploré la position de la France dont l’ambassadeur à Nouakchott a prôné la participation aux états généraux et l’Espagne qui s’est fixé comme seul objectif la libération du président mauritanien renversé.

Le président du FNDD a invité la communauté européenne à revoir sa position et à ne pas « se contenter de l’organisation « d’une mascarade des états généraux de la démocratie ». Répondant à une question relative aux intentions du président déchu après sa libération, M. Bodjel a précisé qu’il compte poursuivre sa lutte avec le FNDD en usant de tous les moyens pacifiques. Il a ajouté que les militaires ont failli à leurs engagements pris en 2005 de s’abstenir de toute intervention dans la vie politique.