Politique

Les grandes dates de la vie politique de la Guinée

La mort lundi en Guinée du général Lansana Conté, 74 ans, ouvre un nouveau chapitre politique de la longue trajectoire historique de ce pays riche en ressources minières et hydrique mais trèspeu doté en infrastructures.

La vie politique de la Guinée est marquée par une agitation permanente souvent ponctuée de violence.

Après l’annonce dans un message à la télévision d’Etat du décès du président Lansana Conté, tard dans la nuit de lundi à mardi, le Président de l’Assemblée nationale, Aboubacar Somparé, a demandé officiellement au Président de la Cour suprême de constater la vacance du pouvoir et de faire appliquer la Constitution.

La loi fondamentale de Guinée dispose qu’en cas de vacance du pouvoir, constatée par la plus haute instance judiciaire, la gestion des affaires du pays échoit au Président de l’Assemblée nationale, qui devra organiser une élection présidentielle dans les 60 jours.

1958 (2 octobre)
Proclamation de l’indépendance de la Guinée. Ahmed Sékou Touré est président.

1958 (décembre)
La République de Guinée est admise à l’ONU

1959 (15 janvier)
La France reconnaît la Guinée

1960 (2 mars)
La Guinée sort de la zone franc

1965-1976
Rupture des relations diplomatiques entre la France et la Guinée.

1967 (25 sept. /2 oct. )
Congrès du Parti démocratique guinéen (PDG). Le socialisme est officiellement proclamé comme voie de développement en Guinée.

1968 (janvier)
Sékou Touré est réélu président de la République.

1970 (22 novembre)
Tentative de débarquement de Portugais et d’exilés guinéens. 92 condamnations à mort sont prononcées lors d’un procès.

1970 (24 décembre)
Arrestation de Mgr. Tchidimbo, archevêque de Conakry et condamnation aux travaux forcés à perpétuité.

1972 (24/26 avril)
Congrès du PDG. Sékou Touré est réélu à la présidence du parti. Création d’un poste de Premier ministre confié à Lansana Béavogui.

1973 (18 septembre)
Rupture des relations diplomatiques avec le Sénégal.

1974 (27 décembre)
Réélection de Sékou Touré à la présidence de la République.

1975 (14 juillet)
Rétablissement des relations diplomatiques avec la France.

1977 (27 août)
Révolte des femmes contre le régime de Sékou Touré.

1978 (18 mars)
Réconciliation de la Guinée avec le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

1979 (17/21 novembre)
Le congrès du PDG décide que les gouverneurs de régions et les chefs d’arrondissement seront désormais élus.

1979 (8 août)
Libération de Mgr. Tchidimbo.

1980 (27 janvier)
Elections législatives.

1982 (14 mai)
Réélection de Sékou Touré à la présidence de la République.

1984 (26 mars)
Mort de Sékou Touré. Lansana Béavogui, Premier ministre, est désigné comme chef du gouvernement.

1984 (3 avril)
Coup d’Etat militaire des colonels Lansana Conté et Diarra Traoré. Lansana Conté est nommé président, Diarra Traoré devient Premier ministre.

1984 (23 mai)
La République populaire révolutionnaire de Guinée devient la République de Guinée.

1984 (5 juin)
Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) fait état du retour de 200 000 exilés guinéens.

1984 (18 décembre)
Suppression du poste de Premier ministre. Lansana Conté est chef du gouvernement.

1985 (25 mars)
Libéralisation de l’économie.

1985 (4/5 juillet)
Tentative de coup d’Etat du colonel Diarra Traoré.

1986 (5 janvier)
Le franc guinéen, abandonné en 1972, remplace le syli.

1987 (6 mai)
Une quarantaine de dignitaires du régime de Sékou Touré sont condamnés à mort.

1988 (6/7 janvier)
Manifestations contre la vie chère.

1990 (oct. /déc. )
Grève des étudiants.

1990 (23 décembre)
Adoption par référendum du projet de Constitution instaurant le multipartisme

1991 (6 mai)
Grève générale illimitée

1992 (janvier)
Grève des étudiants

1993 (19 décembre)
Première élection présidentielle pluraliste. Violences, manifestations pour exiger le report de cette élection. Lansana Conté est élu

1994 (15 décembre)
La Guinée devient le 125e membre du GATT

1995 (11-16 juin)
Premières élections législatives pluralistes. Le parti au pouvoir, le Parti de l’unité et du progrès (PUP), obtient une large majorité

1995 (29 juin)
Elections municipales 1996 (2/3 février) Mutinerie militaire pour des revendications salariales

1996 (juin/juillet)
Vifs désaccords internes à la Coordination de l’opposition démocratique sur l’opportunité des négociations avec le pouvoir

1996 (9 juillet)
Nomination au poste nouvellement créé de Premier ministre (non prévu dans la Constitution de 1990) de Sidya Touré

1997 (21 octobre)
Le président procède à un important remaniement du gouvernement en vue de l’élection présidentielle de 1998

1998 (23 mars)
Affrontement entre les forces de l’ordre et des manifestants opposés à l’expulsion d’un quartier de la ville. Plusieurs personnes sont arrêtées

1998 (7 avril)
Les députés de la Coordination de l’opposition démocratique (CODEM) suspendent leur participation aux travaux de l’Assemblée nationale pour obtenir leur libération

1998 (mai)
Les réfugiés sierra-léonais continuent d’affluer en Guinée, fuyant les combats dans leur pays

1998 (14 décembre)
Réélection du général Lansana Conté à la présidence de la République avec 56,12% des voix. L’opposition conteste cette réélection

1998 (décembre)
Le Président Conté fait inculper un des candidats à l’élection, Alpha Condé

1999 (9 mars)
M. Lamine Sidimé est nommé Premier ministre.

2000 (20 mai)
M. Sidiya Touré, ancien Premier ministre, devient président de l’Union des Forces républicaines (UFR), parti d’opposition

2000 (25 juin)
Elections communales. Ces élections sont suivies de violentes manifestations (5 morts) dénonçant le retard dans la proclamation des résultats

2000 (11 septembre)
L’opposant Alpha Condé est condamné à cinq ans de réclusion criminelle.

2000 (octobre)
Conflit frontalier avec la Sierra Leone et le Liberia.

2000 (10 novembre)
Les élections législatives prévues pour le 26 novembre sont reportées sine die

2000 (10 décembre)
Affrontements dans le sud du pays avec des rebelles venus du Liberia et de la Sierra Leone

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte