Vie des partis

L’opposition gabonaise est « constructive et déterminée », affirme le porte-parole de l’UPG

| Par APANEWS

  L’opposition gabonaise est une opposition « constructive et déterminée » dont le seul objectif est d’arriver au pouvoir, a déclaré lors d’un entretien à APA, le porte-parole de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), Thomas Ibinga Mbougou.

« Nous avons une opposition déterminée, et c’est la détermination qui fait la différence », a-t-il dit, estimant que son parti « ne s’oppose pas pour le plaisir de s’opposer mais plutôt pour accéder au pouvoir». « Nous avons une opposition déterminée, et qui est prête à aller jusqu’au bout », a ajouté M. Mbougou.

Le porte-parole du plus grand parti d’opposition au Gabon a fustigé l’évolution du pays telle que conduite actuellement par le parti au pouvoir à Libreville, et promet une « nouvelle gouvernance ».

Pour lui, c’est une aberration que le Gabon, qui est « un scandale géologique » au plan des ressources naturelles (pétrole, forêts, manganèse, ressources halieutiques), voit une bonne partie de sa population vivre dans le chômage et la pauvreté.

« Il est inconcevable d’être riche et de laisser mourir ses enfants de pauvreté. Quand on a des ressources on s’en sert pour au moins élever ses enfants or, le Gabon a du mal à élever ses enfants, et les confie aux voisins ».

« Prenez tout simplement la communauté gabonaise à Dakar. Elle est très importante mais elle n’est constituée que d’étudiants (…). Ce n’est pas parce qu’ils le souhaitent mais c’est parce qu’il n’y a pas de structures de formation convenables dans leur pays », a encore fustigé M. Mbougou.

« C’est grave » parce que « nous sommes dans une situation où je fais des enfants que je confie à mes voisins pour les éduquer », a encore dit l’opposant gabonais, ajoutant que sur les 3000 ou 4000 étudiants gabonais à Dakar, « il y en a qui sont restés sur le trottoir parce que les parents ne peuvent pas assumer ».

« L’Union du peuple Gabonais est un parti de gouvernement ; on ne peut pas faire l’opposition juste pour s’opposer. Nous ne sommes pas des boudeurs. Nous sommes une opposition qui représente une alternative », a-t-il encore dit, faisant ainsi allusion aux prochaines joutes électorales.

« Nous voulons le pouvoir parce que nous savons que les Gabonais n’ont pas le bien-être qu’ils sont en droit d’attendre de leur gouvernement. Et tout ce qui leur est proposé aujourd’hui ne va pas dans le sens de ce qui est souhaité », a-t-il poursuivi, estimant que « la majorité de ses concitoyens ne jouissent pas de leurs droits à la santé, à l’éducation…. etc ».

« Nous n’avons pas accès aux medias publics mais nous autres travaillons sur la base de ce que nous appelons opposition constructive et nous publions chaque samedi un communiqué qui sanctionne nos travaux département par département, pour nous prononcer sur l’action du gouvernement en indiquant des pistes d’action (…), a-t-il encore affirmé.

Deuxième force politique du Gabon, l’UPG dispose, dans la présente législature, de sept (7) députés à l’Assemblée nationale gabonaise qui en compte 120.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte