Culture

Le palmarès de l’Etalon d’or de Yennega

Par
Mis à jour le 1 février 2009 à 20:34

APA – Ouagadougou (Burkina Faso) – Dix-sept réalisateurs ont remporté, de 1972 à 2007, l’Etalon d’or de Yennega du Festival panafricain de cinéma de Ouagadougou (Fespaco), dont la 21ème édition est prévue du 28 février au 7 mars 2009 dans la capitale burkinabè.

A l’occasion, cent vingt-sept (127) œuvres cinématographiques et télévisuelles ont été retenues dans la sélection officielle, dont 19 longs métrages seront en lice pour l’Etalon d’or de Yennega, le plus important des prix de la rencontre. Il récompense le long métrage le plus remarquable par l’originalité de l’histoire, les qualités techniques et la maîtrise de sa distribution. L’Etalon d’or de Yennega est doté de 10 millions de francs CFA, soit quelque 15 250 euros. Peu primée dans la catégorie long métrage au Festival panafricain de cinéma de Ouagadougou (Fespaco), l’Afrique du Nord arrive à la 21ème édition du festival avec plus du tiers des films en compétition pour l’Etalon d’or de Yennega, le plus important des prix de la rencontre. Voici le palmarès de l’Etalon de Yennega :  2007 : Newton Aduaka (Nigeria) avec « Ezra » 2005 : Zola Maseko (Afrique du Sud) avec « Drum » 2003 : Abderrahmane Sissako (Mauritanie) avec Hèrèmakono 2001 : Nabil Ayouch (Maroc) avec « Ali Zaoua » 1999 : Méwézé Ngangura (RD Congo) avec « Pièces d’identités » 1997 : Gaston Kaboré (Burkina Faso) avec « Buud-yam » 1995 : Cheik Oumar Sissoko (Mali) avec « Guimba » 1993 : Roger Gnoan Bala (Côte d’Ivoire) avec « Au nom du Christ » 1991 : Idrissa Kaboré (Burkina Faso) avec « Tilaï » 1989 : Kwam Ansah (Ghana) avec « Heritage Africa » 1987 : Med Hondo (Mauritanie) avec « Sarraounia » 1985 : Brahim Tsaki (Algérie) avec « Histoire d’une rencontre » 1983 : Souleymane Sissoko (Mali) avec « Finyè » 1981 : Kramo Lancié Fadika (Côte d’Ivoire) avec « Djéli » 1979 : Souleymane Cissé avec « Barra » 1976 : Dikongué Pipa (Cameroun) avec « Mana moto » 1973 : Souheil Ben Barka (Maroc) avec « les mille et une mains » 1972 : Ouamarou Ganda (Niger) avec « le Wazzou polygame»