Politique

L’Egypte critique l’Iran pour sa politique sur la Palestine

Par
Mis à jour le 15 décembre 2008 à 03:17

Le ministre égyptien des Affaires étrangères (AE), Ahmed Abul Gheit, a vivement critiqué la politique iranienne sur la Palestine, affirmant que l’Iran "ne veut rien de bien en faveur du peuple palestinien".

Il a fait ces remarques avant de quitter son pays à destination de l’Europe pour effectuer dimanche une visite à Prague, a rapporté l’agence de presse officielle, MENA. "Les Iraniens veulent imposer et répandre leur propre idéologie dans la région", a-t-il indiqué, cité par l’agence MENA.

A propos des remarques sur la question palestinienne lancées par des fonctionnaires iraniens, le chef de la diplomatie égyptienne a souligné qu’"ils n’offrent rien pour la cause palestinienne, (il faut qu’ils) arrêtent des discours vides et des allégations sans fondement".

Plus tôt dans la journée, le ministère égyptien des AE a rejeté les critiques lancées par le président du Conseil de discernement de l’intérêt supérieur du régime de l’Iran, Akbar Hashemi Rafsanjani, sur la fermeture du point de passage de Rafah situté à la frontière avec la bande de Gaza.

"L’Egypte ne peut pas accepter des propos sans fondement sur sa position concernant la cause palestinienne", a déclaré le porte-parole du ministère égyptien des AE, Hossam Zaki, dans un communiqué.

Mardi dernier, le ministère égyptien des AE a convoqué le représentant diplomatique iranien au Caire en protestation contre les récentes manifestations anti-égyptiennes en Iran. Fin