Politique

Le pays appelle à une révision du mandat des Casques bleus en RDC

Par
Mis à jour le 21 décembre 2008 à 05:25

Le gouvernement kenyan a appelé le Conseil de séucrité de l’ONU à réviser le mandat de quelque 17. 000 militaires de la force du maintien de la paix déployés dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

La Mission des Nations Unies en RDC (Monuc) doit être autorisée à recourir à la force pour aider à restaurer la paix et la stabilité dans le pays, a indiqué le ministre kenyan des Affaires étrangères, Moses Wetangula.

"Ils doivent être habilités non seulement à maintenir la paix comme le prévoit leur mandat, mais aussi à la réaliser", a déclaré M. Wetangula, lors d’une rénion interministérielle pour la région des Grands Lacs, tenue à Nairobi avec pour objectif de réviser, évaluer et chercher des moyens de promouvoir la paix dans la sous-région.

Les Casques bleus, mandatés de prendre des actions pour protéger les civils exposés à une menace imminente de violence physique, ne sont toutefois pas "équipés, entraînés ni configurés pour intervenir rapidement pour aider ceux qui ont besoin d’une protection", a déploré ce responsable.

"Le conseil devra envisager de configurer et équiper de nouveau les contingents, pour que la Monuc puisse protéger les civils de manière plus efficace", a-t-il souligné.

Qualifiant de "véritablement significatif" le renfort de 3. 000 militairs onusiens en RDC comme le souhaite l’Afrique, le ministre a appelé l’ONU à réviser leur mandat, afin qu’ils puissent s’engager, de façon plus proactive, à non seulement maintenir la paix mais aussi contribuer à la réalisation de la paix.

M. Wetangula a relevé que les défis étaient énormes pour apporter la paix à ce pays ravagé par la guerre, appelant aux efforts conjugués pour obtenir un cesse-le-feu au plus vite entre les forces du gouvernement de la RDC et les rebelles.

Durant la réunion, les onze ministres des Affaires étrangères participants devraient mettre l’accent sur le pacte de sécurité, de stabilité et de développement dans la région des Grands Lacs pour trouver une solution aux conflits dans l’est de la RDC.

Les dirigeants des pays de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs africains (CIRGL) avaient signé, en décembre 2006 à Nairobi, un pacte de sécurité et de développement pour garantir la stabilité de cette région marquée par des conflits dévastateurs.

Depuis fin août dernier, l’escalade de conflits en RDC a fait plus de 250. 000 déplacés, dont la plupart sont originaires de la province du Kivu Nord, limitrophe au Rwanda et à l’Ouganda.