Bourse

Bauxite – Aluminium : « La production guinéenne va doubler »

Anthony Everiss, analyste métaux chez Commodities Research Unit (CRU Group). DR

Anthony Everiss, analyste métaux chez Commodities Research Unit (CRU Group). DR ©

La décision de l’Indonésie d’interdire l’exportation de la bauxite à partir de 2014 pourrait profiter à la Guinée, qui détient le tiers des réserves mondiales. Anthony Everiss, analyste métaux chez Commodities Research Unit (CRU Group), analyse les tendances du marché pour « Jeune Afrique ».

Dans la filière aluminium, l’extraction de la bauxite est l’étape qui apporte le moins de valeur ajoutée. Elle nécessite peu de capital par rapport au transport et à la transformation du minerai. La plupart des mines de bauxite sont loin des centres de production d’aluminium. Principalement en Australie, premier producteur mondial, en Guinée – le tiers des réserves du globe -, en Indonésie et au Vietnam.

L’annonce par l’Indonésie – qui produira 40 millions de tonnes de bauxite en 2013 – d’un embargo applicable à partir de 2014 sur les produits miniers non transformés, donc la Bauxite infobauxite, a plongé le marché dans l’incertitude. Sous cette menace, la Chine, principal consommateur du minerai indonésien, cherche à diversifier ses importations de bauxite, de 59 millions de tonnes en 2013. Ces six derniers mois, on a vu augmenter les exportations de bauxite de la Guinée vers la Chine. La production du pays africain devrait donc doubler en dix ans, passant de 19 millions de tonnes en 2012 à 38 millions en 2022, principalement pour les fonderies chinoises. Ce qui restera toutefois bien en deçà de la production australienne, qui pourrait passer pendant la même période de 75 millions à 120 millions de tonnes, avec l’entrée en production de mines actuellement en projet, grâce à un contexte politique moins troublé qu’en Guinée.

Cours orienté à la baisse

Aujourd’hui, seul l’aluminium est coté sur les marchés, la bauxite étant achetée dans un cadre contractuel en corrélation avec le prix du produit fini. Le cours de l’aluminium, très lié à la croissance des pays occidentaux, est orienté à la baisse ces derniers mois, avec une très forte pression sur les coûts pour les industriels et la faillite de plusieurs petits producteurs ne réalisant pas assez d’économies d’échelle. Mais la Chine et l’Inde, concentrées sur leur croissance industrielle, consommeront toujours plus de bauxite pour leurs propres fonderies d’aluminium. À terme, un marché coté de la bauxite pourrait émerger.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte