BTP & Infrastructures

Côte d’Ivoire : vent de fronde contre Dangote Cement

Le nigérian Aliko Dangote est l'homme le plus riche d'Afrique.

Le nigérian Aliko Dangote est l'homme le plus riche d'Afrique. © WEF

La filiale en Côte d’Ivoire de Dangote Cement souhaite utiliser la plateforme de Sea Invest dans le port autonome d’Abidjan pour importer 1 million de tonnes de ciment par an dans le pays. C’est sans compter sur l’opposition des cimentiers du pays.

En attendant la construction d’une véritable cimenterie, la filiale en Côte d’Ivoire de Dangote Cement, installée dans la zone portuaire d’Abidjan depuis le premier semestre 2013, veut importer un million de tonnes de ciment par an dans le pays. Edwin Devakumar, le numéro deux du groupe appartenant au magnat nigérian Aliko Dangote, négocie avec Sory Diabaté, le patron en Côte d’Ivoire de Sea-Invest, en vue d’utiliser la plateforme du manutentionnaire belge, concessionnaire du terminal minéralier d’Abidjan.

Sur l’industrie du ciment :

En Afrique, la bataille des cimentiers a commencé
Ciment : « Dangote détient 63 % du marché »
Algérie : Cevital et Lafarge remportent plusieurs gisements de calcaire et d’argile

Sur le groupe Dangote :

Aliko Dangote toujours en tête des milliardaires africains
Aliko Dangote : « Le potentiel du Nigeria est un secret trop bien gardé »
Nigeria : Dangote veut construire la plus grande raffinerie de pétrole d’Afrique

Sur le promoteur immobilier Addoha :

Le marocain Addoha s’installe au Congo
Côte d’Ivoire : le Marocain Anas Sefrioui accélère
Anas Sefrioui : « Le potentiel du marché africain est gigantesque »

Protectionnisme

La mission risque d’être pourtant compliquée : les deux principaux cimentiers du pays, Ciments de l’Afrique (Cimaf), une société appartenant à Anas Sefrioui, également propriétaire du promoteur immobilier marocain Addoha, et la Société de cimenterie d’Abidjan (SCA), ont décidé de bloquer le groupe nigérian, avec un solide argument : à Lagos, le ciment de Dangote est protégé contre les importations.

Les deux sociétés disposent également de deux influents alliés : Kanté Koly, le président du conseil d’administration du Port autonome d’Abidjan (et ancien directeur général de SCA) et Moustapha Chafi, conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré, notamment.

Investissements

La bataille du ciment ivoirien aura donc bien lieu, sur fond de lourds investissements consentis par les différents protagonistes. En effet, selon un document de présentation réalisé en juin 2013, Dangote Cement compte investir près de 100 millions de dollars dans ses installations en Côte d’Ivoire.

À terme, la filiale ivoirienne du groupe nigérian pourra produire près de 1,5 million de tonnes de ciment par an et alimenter les pays limitrophes de la Côte d’Ivoire, notamment le Burkina et le Mali qui sont enclavés. Les installations devraient être opérationnelles en Janvier 2015.

Pour sa part, Cimaf qui s’est lancé dans la construction d’un centre de broyage d’une capacité de 500 000 tonnes par an à Abidjan, compte installer deux zones de stockage dans le quartier de Vridi, près du port.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte