Politique

Bassolma Bazié, le « pompier » d’Ibrahim Traoré

Le ministre de la Fonction publique et du Travail – avec rang de ministre d’État – est devenu l’un des personnages incontournables du régime de transition burkinabè. Un ancien syndicaliste qui sert aussi de caution sociale au gouvernement.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 mai 2023 à 14:53

Bassolma Bazié, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, à Ouagadougou, le 7 mars 2022. © OLYMPIA DE MAISMONT/AFP

Son aura est devenue telle que certains voient en lui un candidat sérieux à la primature. « J’ai l’intuition qu’il remplacera le Premier ministre en cas de dissolution du gouvernement, si tous deux ne sont pas toutefois balayés par une bourrasque… », souffle un bon connaisseur des rouages de la transition.

Ces propos illustrent une perception de en plus en plus partagée au sein de l’opinion burkinabè : Bassolma Bazié, ministre d’État, de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, est devenu l’une des figures les plus en vogue du régime du capitaine Ibrahim Traoré.

À Lire Olivia Rouamba, la diplomate des putschistes burkinabè