Agroalimentaire

Alexandre Vilgrain : « Les entreprises hexagonales en ont marre de la Françafrique »

Alexandre Vilgrain (à g.), dans les studios de RFI. © Vincent Fournier pour J.A.

Pour Alexandre Vilgrain, président du Conseil français des investisseurs en Afrique et PDG du groupe agro-industriel Somdiaa, il est urgent d'en finir avec les pratiques d'un autre âge et de se lancer dans la diplomatie économique.

Quatrième invité de la grande interview réalisée conjointement par Jeune Afrique et RFI, Alexandre Vilgrain, président du Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian), analyse le recul de la France et de ses entreprises sur le continent. Celui qui est aussi PDG du groupe agro-industriel Somdiaa livre par ailleurs son opinion sur l’épineuse question de l’agriculture au sud du Sahara, dont les États africains sont loin d’avoir fait une priorité…

Le retour des entreprises françaises

« Tout le monde parle de l’Afrique, veut y aller… Les choses évoluent : Carrefour souhaite s’y installer, L’Oréal, qui vient d’adhérer au Cian, y a sans doute des projets. Cela me rappelle la Chine dans les années 1980. Personne ne s’y risquait, et soudain, tout le monde s’est lancé. »

La Françafrique

« Les responsables politiques français ont tendance à attribuer tous leurs problèmes aux entreprises. Qui est derrière la Françafrique ? D’où venaient les valises africaines ? Allaient-elles de France en Afrique ou était-ce l’inverse ? À qui étaient-elles destinées ? Les entreprises françaises installées sur le continent en ont marre de la Françafrique. Nous n’apprécions guère de voir des missi dominici, des hommes politiques qui n’ont plus de mandat, aller et venir… Cela brouille l’image de la France. »

Le climat des affaires

« Les gouvernements africains doivent se montrer constants dans leur politique. En l’absence de cadre juridique stable, aucune entreprise ne vient. Ce qui a fait la fortune de l’Asie, c’est Lee Kuan Yew, l’ex-Premier ministre de Singapour. Il a fait du respect de la parole donnée une règle. À partir du moment où une décision est prise, il faut s’y tenir. »

La sécurité

« Cette question est importante et nous interpelle. Nous suivons de près ce qui se passe au Nigeria, au Mali, dans le nord du Cameroun, en Centrafrique… C’est assez angoissant. Je n’y prêtais pas attention avant. Maintenant, si. »

L’agriculture

« Les États la négligent, et c’est criminel. Certes, la production augmente. Mais le marché mondial lui-même pose problème. Produire soi-même demande des efforts, et la protection des industriels a un coût. Les gouvernements africains sont inquiets, car les révoltes naissent du mécontentement vis ‘à-vis des prix des denrées agricoles et de l’arrêt des subventions. Il faut en finir avec cette dictature du consommateur. Si l’on ne protège pas l’industrie agricole, la production viendra du Brésil. Une politique commune est nécessaire. »

La question du foncier

« En Afrique, plusieurs types de droits se superposent : il y a le droit coutumier, les droits de l’État dans les ex-pays communistes et les droits liés à l’usage… Il faut procéder intelligemment. »

La diplomatie économique

« C’est justement ce que nous réclamons. Les mentalités changent, en France, sous l’impulsion de Laurent Fabius. Les ambassadeurs nous soutiennent et prennent même parfois les devants. »

Propos recueillis par Frédéric Maury (J.A.) et Frédéric garat (RFI)

>> Voir l’intégralité de l’interview avec Alexandre Vilgrain :

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte