Politique

Abdoulaye Wade « tire les leçons » des élections locales

Le président sénégalais a déclaré vendredi avoir « bien compris » le message de ses compatriotes, qui ont laissé la part belle à l’opposition dans plusieurs grandes villes lors des élections locales du 22 mars. Plus précisément, Abdoulaye Wade compte changer le cap de sa politique.

Par
Mis à jour le 4 avril 2009 à 15:56

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a affirmé vendredi avoir "bien compris" le message des Sénégalais lors des élections locales du 22 mars et a promis de faire de son mieux pour satisfaire le "besoin de changement réel dans la gouvernance".

"Tirant les leçons de ce scrutin, je voudrais vous redire, mes chers compatriotes, que j’ai bien compris vos messages : besoin de changement réel dans la gouvernance et satisfaction des besoins populaires. Nous ferons de notre mieux et vous jugerez", a dit le président Wade dans le discours prononcé à la veille du 49e anniversaire de l’Indépendance du Sénégal.

"Respect scrupuleux du choix des citoyens"

Abdoulaye Wade s’est félicité du fait que ces élections se sont déroulées "dans le calme, la sérénité et la dignité" et n’ont suscité "aucune contestation significative". Il a renouvelé ses félicitations à l’opposition pour sa victoire dans de nombreuses collectivités locales, dont de grandes villes, estimant que le scrutin du 22 mars illustre "la maturité" du système politique sénégalais ainsi que "la fiabilité et la transparence" du fichier électoral numérisé.

Le président de la république a assuré qu’en tant que "garant du bon fonctionnement des institutions", il veillera " personnellement au respect scrupuleux du choix des citoyens". A ce propos, Abdoulaye Wade a "rassuré les élus de l’opposition choisis par le peuple pour être à la tête des collectivités locales qu’elle a gagnées". "Ils pourront travailler librement à la satisfaction des besoins des populations qui les ont élus. Je veillerai à ce que rien ne fasse obstacle à l’exercice des fonctions dont ils viennent d’être investis", a-t-il précisé.

"Pouvoir et opposition doivent se remettre au travail"

"Si d’un côté et de l’autre, gouvernement et collectivités locales, chacun respecte la loi et notamment les normes de gestion transparente et de bonne gouvernance, l’harmonie s’établira dans nos relations", a-t-il estimé.

Le chef de l’Etat sénégalais a affirmé qu’à présent pouvoir et opposition doivent se remettre au travail pour réaliser le développement économique et social du Sénégal, dans la paix, la stabilité et la cohésion nationales. Pour le président, c’est de cette manière que "les générations d’après, qui vivront dans un monde sans doute plus difficile, seront fiers" de l’apport de leurs devanciers à la continuité historique de la nation".