Politique

Arrestation de 8 employés de l’ambassade britannique à Téhéran

Par
Mis à jour le 28 juin 2009 à 11:26

L’Iran a arrêté huit employés locaux de l’ambassade du Royaume-Uni à Téhéran. Il leur est reproché d’avoir encouragé les manifestations de rue contestant la réélection, le 12 juin, du président sortant Mahmoud Ahmadinejad.

Les autorités iraniennes ont arrêté huit employés locaux de l’ambassade du Royaume-Uni à Téhéran, a rapporté l’agence de presse semi-officielle Fars. 

Selon une source proche de l’ambassade, ces arrestations datent de samedi. Un membre de la famille d’un des employés arrêtés a indiqué ne plus avoir de nouvelles de lui depuis samedi, ajoutant que son portable était éteint.

Téhéran reproche aux détenus d’avoir encouragé les manifestations de rue contestant la réélection, le 12 juin, du président sortant Mahmoud Ahmadinejad.

Londres "très préoccupée"

Londres, "très préoccupée", a dénoncé une manoeuvre d’"intimisation" et de "harcèlement" par la voix de son ministredes Affaires étrangères David Miliband.

Alors que le chef de la diplomatie britannique demande que les employés soient remis en liberté "indemnes", l’Union européenne a elle aussi réagi : "Le harcèlement et l’intimidation du personnel diplomatique des pays européens recevra une réponse forte et collective de l’Union européenne".

La tension monte

Londres et Téhéran ont expulsé en début de semaine deux diplomates chacun, les autorités iraniennes accusant la Grande-Bretagne de se mêler de ses affaires intérieures et de jouer un rôle dans la vague de contestation que connaît le pays.

Jeudi, le ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband, a estimé que le gouvernement iranien était confronté à une "crise de crédibilité" avec son propre peuple et non avec l’Occident et dénoncé la "répression lourde" des manifestations après l’élection.

Vendredi, dans un sermon diffusé à la télévision d’Etat, l’ayatollah Ahmed Khatami s’en est pris vivement à la Grande-Bretagne et à son rôle présumé dans le récent mouvement de protestation. "Dans cette agitation, les Britanniques se sont comportés de façon très malveillante et il est juste d’ajouter le slogan "A bas l’Angleterre’ au slogan ‘A bas les Etats-Unis’", a lancé le religieux.

 (avec AFP)