Défense

France – Côte d’Ivoire : Ouattara à Paris, bilan d’une visite fructueuse

| Par
Nicolas Sarkozy recevant Alassane Ouattara, le 26 janvier à l’Élysée.

Nicolas Sarkozy recevant Alassane Ouattara, le 26 janvier à l'Élysée. © Eric Feferberg/AFP

Dîner d’État à l’Élysée avec Nicolas Sarkozy, rencontre avec le patronat français… Le programme du président ivoirien Alassane Ouattara était chargé. Il s’est soldé par la signature d’un accord de défense et par une promesse de remise de dette.

La première visite officielle en France (25-28 janvier) d’Alassane Ouattara s’est déroulée dans une ambiance particulièrement chaleureuse. Accompagné de son épouse, Dominique, de plusieurs membres de son gouvernement et présidents d’institutions ivoiriennes, le chef de l’État a été accueilli à son arrivée à l’aéroport d’Orly par Claude Guéant, le ministre français de l’Intérieur. Trois hélicoptères Super Puma de l’armée française l’ont ensuite transporté, avec sa suite, jusqu’aux Invalides. Puis direction l’hôtel Meurice, rue de Rivoli, sa résidence officielle durant ce séjour.

Le lendemain, 26 janvier, le président ivoirien a assisté à une cérémonie à l’Arc-de-Triomphe sur une avenue des Champs-Élysées pavoisée aux couleurs françaises et ivoiriennes : salut au drapeau, hymnes nationaux et hommage au soldat inconnu, en présence de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture. Son audience à l’Élysée a été suivie d’un dîner d’État réunissant, outre les personnalités officielles et les diplomates (comme Georges Serre, le futur ambassadeur de France en Côte d’Ivoire), des hommes d’affaires (Olivier Bouygues, Vincent Bolloré, Pierre Castel…) et des people (Basile Boli, Meiway, Magic System…).

Ouattara et le Medef

Le 27 janvier, Alassane Ouattara a rencontré les patrons français au siège du Medef, et a déjeuné à Matignon avec François Fillon, le Premier ministre. On a également aperçu des hommes d’affaires à l’hôtel Meurice, introduits par Jean-Marc Simon, l’ancien ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, parmi lesquels des responsables de Total Exploration. « La France est notre alliée traditionnelle. Le président est venu rallumer la flamme entre nos pays, après tant d’années de doutes et de balbutiements. Ce qui nous lie est plus fort que ce qui nous divise », confiait un proche du chef de l’État, qui se félicitait que ce séjour se soit déroulé sans couac, malgré la manifestation de protestation des Patriotes ivoiriens, proches de l’ancien président Laurent Gbagbo, aujourd’hui détenu à La Haye, aux Pays-Bas.

Voir ci-dessous la vidéo de la manifestation des Patriotes ivoiriens à l’Hôtel de ville de Paris, lors de la visite du président Ouattara, le 27 janvier 2012.

 

Surtout, la Côte d’Ivoire a signé un nouvel accord de défense et a bénéficié d’une nouvelle promesse de remise de sa dette à l’égard de la France de 1 milliard d’euros. Au total, Paris pourrait annuler 3 milliards d’euros de dette, une fois qu’Abidjan aura obtenu l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE). Sarkozy s’est engagé à soutenir le dossier ivoirien dans le cadre de cette initiative auprès de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, et a promis de continuer à appuyer les efforts de reconstruction du pays.

Voir l’interview vidéo de Mabri Toikeusse, ministre du Plan et du Développement de la Côte d’Ivoire, sur les enjeux de la coopération économique franco-ivoirienne.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte