Archives
Groupes miniers : l’émergence des cadres africains

Cet article est issu du dossier

Groupes miniers : l’émergence des cadres africains

Voir tout le sommaire
Archives

Cameroun : Afferro Mining passe à la vitesse supérieure

Le groupe britannique Afferro Mining déplace son siège africain au Cameroun pour se rapprocher de son gisement de Nkout. Toujours en d’exploration, il y a déjà détecté 2 milliards de tonnes de minerai de fer.

Par
Mis à jour le 13 février 2012 à 16:23

Afferro Mining a déjà investi 10 milliards de F CFA dans le gisement de Nkout (Sud). © African Iron

Spécialisé dans le minerai de fer, Afferro Mining transfère sa base africaine du Liberia au Cameroun pour se rapprocher de sa concession de Nkout (Sud). Coté aux Bourses de Toronto et de Londres (AIM), le groupe anglais opérait jusqu’à présent dans le pays par le biais de sa filiale Cameroon Mineral Exploration (Caminex), une société de droit local créée en 2006.

À l’origine de sa décision : la mise en évidence des réserves de 2 milliards de tonnes de fer à Nkout, d’autant que ce chiffre pourrait être porté à 4 milliards au terme de l’exploration. De quoi devancer la réserve de Mbalam, qui, avec son potentiel de 3 milliards de tonnes, occupait jusqu’ici le premier rang national.

Investissements

Selon Peter Taylor, directeur des opérations, 300 emplois directs ont déjà été créés. En phase d’exploitation – prévue d’ici à sept ans -, le nombre de postes devrait décupler. Cette deuxième étape des opérations requiert d’autres investissements, au premier rang desquels la construction d’une ligne de chemin de fer entre Kribi et Mbalam, d’un terminal consacré au fer sur le site du futur port en eau profonde de Kribi et du barrage de Memve’ele pour assurer l’alimentation électrique. Selon les responsables de la compagnie minière, le gisement sera exploité pendant soixante-dix ans avant son épuisement. Pour l’instant, après seize mois d’exploration, l’investissement d’Afferro Mining s’élève à 10 milliards de F CFA (15,2 millions d’euros).