Société

En Arabie saoudite, on ne blogue pas avec le Prophète

Hamza Kashgari risque la peine de mort pour apostasie. © D.R.

Accusé d'apostasie pour avoir apostrophé le messager de l'islam via Twitter, Hamza Kashgari, un jeune journaliste saoudien encourt la peine capitale.

« Pour ton anniversaire, je dirai que j’ai aimé le rebelle en toi, que tu as toujours été une source d’inspiration pour moi et que je n’aime pas les halos de divinité qui t’entourent. Je ne prierai pas pour toi. Pour ton anniversaire, je ne me tournerai pas vers toi. J’ai aimé certaines choses en toi, mais j’en ai abhorré d’autres, et je n’ai pas compris beaucoup de choses à ton sujet. Pour ton anniversaire, je ne m’inclinerai pas devant toi. Je n’embrasserai pas ta main. À la place, je la serrerai comme le font les êtres égaux et je te sourirai comme tu me souriras. Je te parlerai comme à un ami, rien de plus. »

Le 4 février, date du Mouled (anniversaire de la naissance du Prophète Mohammed), ce sont ces tweets que le Saoudien Hamza Kashgari, 23 ans, journaliste au quotidien Al-Bilad, à Djeddah, a adressés au messager de l’islam. Une crise de foi qui a suscité un véritable tollé sur la Toile. En une journée, il a reçu plus de 30 000 commentaires, la plupart l’accusant de blasphème ou appelant à sa mort. Il a eu beau supprimer ses tweets, présenter des excuses et revenir en arrière dans de longs propos contrits, rien n’y a fait. Un comité de religieux a émis une fatwa contre lui. L’influent cheikh Nasser al-Omar a demandé qu’il soit traîné devant la justice pour apostasie. Selon le journal saoudien en ligne SABQ, le roi lui-même aurait émis un mandat d’arrêt contre lui.

La polémique enfle sue la toile

Dans le collimateur des ultraconservateurs, Hamza Kashgari était en route pour la Nouvelle-Zélande, où il avait l’intention de demander l’asile politique, quand il a été arrêté, le 9 février, lors d’une escale à Kuala Lumpur. Bien qu’il n’existe pas de traité formel d’extradition entre la Malaisie et l’Arabie saoudite, les autorités malaisiennes, soulignant les excellentes relations bilatérales, ont annoncé dans un communiqué du ministère de l’Intérieur que « la Malaisie extrade tous les ressortissants recherchés dans leur pays ».

Sur la Toile, la polémique a enflé et pris d’énormes proportions. D’un côté, les adversaires du journaliste, qui ont notamment lancé un groupe Facebook réclamant son exécution et réunissant déjà plus de 21 000 membres. De l’autre, ses partisans, qui font circuler une pétition appelant à sa libération, déjà signée par 4 000 personnes. Arrivé à Riyad le 12 février, Hamza Kashgari a été placé en détention. Il encourt la peine de mort.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte