Politique

WikiLeaks : le Big Brother américain surveille l’Afrique

Stratfor travaille notamment comme sous-traitant de la CIA. © AFP

Déploiements de troupes angolaises au Cabinda, état exact des ressources aurifères du Mali, achats d'armes du Tchad, relations entre Kinshasa et la province du Katanga... Depuis le 27 février, le site WikiLeaks publie les télégrammes de l'agence privée de renseignements Stratfor, qui travaille entre autres pour le compte d'agences fédérales américaines.

Diffusés sur le site WikiLeaks depuis le 27 février, les télégrammes secrets de l’agence privée de renseignements texane Stratfor contiennent quelques indications intéressantes concernant les préoccupations américaines en Afrique. Stratfor, qui travaille comme sous-traitant pour le compte, entre autres, de la CIA et de la DIA (un des services de renseignements), donne ainsi une série de « consignes de surveillance » (monitor guidance) à ses agents sur le terrain – lesquels sont souvent des membres, passés ou en fonction, des services de sécurité locaux. Exemples : les déploiements de troupes angolaises au Cabinda, l’état exact des ressources aurifères du Mali, les achats d’armes du Tchad, les relations entre Kinshasa et la province du Katanga. Les rapports « de rivalité et de compétition » entre l’Angola et l’Afrique du Sud sont également scrutés avec attention. Parfois, la requête frôle le cynisme commercial. Stratfor demande ainsi à ses agents en Guinée équatoriale de voir dans quelle mesure les ennuis judiciaires en Europe du pouvoir en place à Malabo pourraient profiter aux sociétés pétrolières américaines. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte