Économie

RDC, Cameroun, Nigeria… Glencore condamné sur un nouveau volet du gigantesque scandale de corruption

Un juge fédéral de New York a condamné le géant suisse du négoce de matières premières et de l’exploitation minière à une amende de 700 millions de dollars pour pratiques de corruption, sans toutefois nommer les coupables.

Réservé aux abonnés
Par - à Washington
Mis à jour le 6 mars 2023 à 15:32

Au siège du géant suisse du négoce de matières premières Glencore à Baar, le 13 novembre 2020. © FABRICE COFFRINI/AFP

Le 28 février, la juge Loma G. Schofield a imposé une amende de 428,5 millions de dollars et une confiscation pénale de 272,2 millions de dollars, des montants liés à l’activité illégale, à Glencore qui a plaidé coupable, en mai dernier, de violation de la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger.
L’amende sera divisée entre trois bénéficiaires : 262,6 millions de dollars pour les autorités américaines, 136,2 millions de dollars pour les autorités britanniques et 29,7 millions de dollars pour les autorités suisses.

À Lire RDC, Cameroun, Côte d’Ivoire… Glencore, corrupteur tout-terrain

Les procureurs fédéraux affirment qu’entre 2007 et 2018, Glencore a versé plus de 100 millions de dollars de pots-de-vin pour obtenir des contrats au Nigeria, en RDC, au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en Guinée équatoriale, ainsi qu’au Brésil et au Venezuela.

Les dernières sanctions font partie d’un versement de 1,5 milliard de dollars résultant d’enquêtes sur la