Économie

Comment l’Algérie veut en finir avec les importations de carburants

Alger a récemment annoncé avoir atteint l’autosuffisance dans ce secteur, un objectif que le gouvernement cherchait à atteindre de longue date. Qu’en est-il en réalité ?

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 7 mars 2023 à 15:20

Le gisement de Hassi Messaoud, du groupe public algérien Sonatrach, doit produire 60 000 barils de brut par jour et près de 2 millions de mètres cube de gaz. © Billel Bensalem/App/NurPhoto via AFP.

L’Algérie est désormais autosuffisante dans la production de tous les dérivés du pétrole. Du moins, c’est ce qu’a déclaré le président de l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH), Rachid Nadil à la radio locale Chaine 2 à la fin de février. Alger se donne désormais jusqu’à la fin de l’année pour abandonner l’importation de carburants.

À LireAlgérie : avec la flambée du pétrole, le retour de la paix sociale ?