Politique

Ibrahim Traoré pousse un peu plus la France vers la sortie

Après avoir exigé le départ des forces spéciales françaises de Sabre, les autorités du Burkina Faso viennent de dénoncer un accord d’assistance militaire qui les liait à la France. La rupture entre Paris et Ouagadougou est de plus en plus importante.

Réservé aux abonnés
Par - à Ouagadougou
Mis à jour le 2 mars 2023 à 11:29

Le capitaine Ibrahim Traoré, en février 2023. Ibrahim Traoré Février 2023 © Facebook Présidence du Faso

C’est un pas de plus dans le délitement des relations entre Ouagadougou et Paris. Au lendemain du discours d’Emmanuel Macron sur la « nouvelle » stratégie africaine de la France le lundi 27 février, c’est par une note verbale que le régime du capitaine Ibrahim Traoré a accentué la rupture.

À Lire Le « nouveau » discours africain d’Emmanuel Macron : entre humilité et autosatisfaction

D’après le document dont Jeune Afrique a obtenu la copie, le ministère des Affaires étrangères, dirigé par Olivia Rouamba, « a l’honneur de porter à la connaissance du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de la République française que le gouvernement du Burkina Faso dénonce l’Accord d’assistance militaire technique conclu à Paris le 24 avril 1961 entre la Haute-Volta et la France, y compris ses deux annexes ».