Dossier

Cet article est issu du dossier «Tchad : après la tempête, s'ouvrir au monde»

Voir tout le sommaire
Archives

Média : Télé Tchad, la petite chaîne qui monte

Le coût du siège l'audiovisuel public de onze étages s'élève à 29 millions d'euros. © DR

Le nouveau siège de l'audiovisuel public, en construction, sera la plus grande tour de N'Djamena. Un projet à la hauteur des ambitions de l'Office national de radio et télévision du Tchad, créé en 2007.

Le Tchad fait sa révolution audiovisuelle. La télévision et la radio nationales seront bientôt enfin réunies au sein d’un bâtiment ultramoderne. Dans deux ans et demi, l’immense immeuble de onze étages situé à l’emplacement du siège actuel de la télévision nationale, dans le deuxième arrondissement de la capitale, dominera N’Djamena du haut de ses 70 m.

Évidemment, le budget est astronomique : 19 milliards de F CFA (29 millions d’euros), entièrement financés par l’État. « Notre président veut faire de N’Djamena la vitrine de l’Afrique centrale ; cela a forcément un coût », justifie le ministre de l’Information et de la Communication, Hassan Sylla Bakari.

La phase d’études a été confiée à Dar El Amara, un cabinet émirati. Pour la construction, le groupe tchadien Al Manna s’est associé avec des architectes italiens. Les premiers coups de pioche ont été donnés le 15 janvier 2011, quelques mois avant la pose officielle de la première pierre, le 1er avril.

« Les habitudes de travail vont changer, se réjouit Doubaye Kleoutouin, directeur général de l’Office national de radio et télévision du Tchad (ONRTV), créé en 2007. Les horaires des salariés pourront être davantage contrôlés et nous aurons enfin des outils de travail aux normes internationales. »

Innovation sur tous les fronts

Formation :

2 nouvelles filières ouvriront à l’Iusta (Abéché)

Production :

L’ONRTV sera doté de 6 stations numériques

Diffusion :

22 antennes régionales seront installées d’ici à 2013

Le premier grand changement, c’est la formation de nouveaux professionnels des médias. Près de 1 milliard de F CFA y sont consacrés cette année. Alors qu’auparavant les journalistes s’occupaient aussi de la technique et de la production, des postes de machinistes et d’éclairagistes vont être créés. Une centaine de jeunes diplômés sont déjà envoyés à l’étranger, notamment au Soudan, au Cameroun et au Niger, afin de se former aux métiers techniques. Quant aux journalistes reporters d’images (JRI), ils ont parfait leur savoir-faire pendant deux mois au Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ) de Paris. Concernant les métiers de la radio, des accords ont été signés avec Radio France Internationale (RFI). Celle-ci utilise les antennes régionales tchadiennes et, en contrepartie, forme les journalistes. À terme, deux nouvelles filières (production et réalisation) seront créées à l’Institut universitaire des sciences et techniques d’Abéché (Iusta), et, d’ici à 2014, un institut de formation en journalisme ouvrira ses portes.

Avec trois studios numériques pour la télévision et trois autres pour la radio, la qualité des prestations va considérablement changer. D’une part, la radio nationale ne s’éteindra plus à minuit, mais diffusera ses programmes 24 heures sur 24 ; d’autre part, trois nouvelles stations (internationale, nationale et locale) ont été ouvertes.

Séries locales

Dans un second temps, jusqu’à quatorze chaînes de télévision thématiques pourront être créées. « Nous voulons avoir une télévision moderne et purement africaine, explique Hassan Sylla Bakari. Télé Tchad est l’une des rares télévisions au monde qui ne fait pas de fictions, ce qui nous oblige à nous approvisionner en telenovelas en Afrique de l’Ouest. Nous préparons donc des programmes plus attrayants pour 2014, notamment des séries tchadiennes, créées par des Tchadiens. » Des cinéastes tels que Mahamat-Saleh Haroun et Issa Serge Coelo seront ainsi sollicités.

Surtout, Télé Tchad sera enfin accessible à tous : une simple antenne hertzienne suffira pour la recevoir. Aussi, pour couvrir l’ensemble du pays, 18 antennes régionales vont être installées cette année, et quatre autres suivront d’ici à 2013. Grâce au satellite, Télé Tchad est déjà reçue dans toute l’Afrique et dans une partie du Moyen-Orient, ainsi qu’en France, en Belgique et en Espagne. Prochain défi : les États-Unis.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte