Économie

En Côte d’Ivoire, quand le Conseil café-cacao ferme les vannes

Le CCC, régulateur de l’industrie de l’or brun ivoirien, restreint les achats de fèves pour certains acteurs, dont les mastodontes du secteur, pour éviter une crise.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 24 février 2023 à 17:35

Yves Brahima Koné, directeur général du conseil café-cacao, lors des journées nationales du cacao et du chocolat le 29 septembre 2017, à Abidjan. © SIA KAMBOU/AFP

Il avait prévenu qu’il prendrait les mesures qui s’imposeraient. En Côte d’Ivoire, premier producteur mondial d’or brun, le Conseil café-cacao (CCC), organe régulateur du secteur dirigé par Yves Brahima Koné, vient de fermer l’accès à l’achat des fèves à une vingtaine d’acteurs, dont les multinationales Cargill, Barry Callebaut et Olam.

À Lire Pourquoi Yves Brahima Koné, patron du cacao ivoirien, est sous pression

Cette fermeture est entrée en vigueur le 21 février, a indiqué Kadoko Bamba, le directeur de la commercialisation extérieure du CCC. « Elle devrait durer quelques jours », a-t-il précisé, ajoutant qu’elle concerne « les exportateurs ayant couvert leurs contrats de déblocage par du stock physique ».