Politique

Au Ghana, le chemin de croix de Nana Akufo-Addo

Longtemps populaire, le président ghanéen, réélu en 2020, est critiqué par nombre de ses concitoyens, durement éprouvés par l’une des plus fortes inflations du continent. De quoi compliquer la fin de son mandat, qui arrivera à son terme en 2024.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 24 avril 2023 à 14:28

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, préside la 61e session ordinaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, à Accra, le 3 juillet 2022. © Photo by Nipah Dennis / AFP

Ce 5 novembre 2022, les manifestants ont repris, pancarte à la main, un vieux slogan  : « Kume Preko » (« Tu ferais aussi bien de me tuer », en akan). En 1995, cette expression était devenue un des symboles du mouvement de mécontentement à l’égard du président ghanéen Jerry John Rawlings. Cette année-là, près de 100 000 personnes avaient défilé dans les rues d’Accra pour protester contre les taxes, la corruption et la pauvreté dans le pays. Parmi les protestataires, un certain Nana Akufo-Addo.